En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Pourquoi le Kenya refuse la demande de l’Ouganda pour l’utilisation de son oléoduc ? 



Le 10 novembre 2023, le Kenya a pris une décision significative en refusant la demande de l’Ouganda d’utiliser son oléoduc pour le transport de carburant, selon les rapports de la presse locale. Cette décision souligne les complexités inhérentes à la coopération régionale et aux intérêts nationaux.

La requête de l’Ouganda était liée à la possibilité pour l’Uganda National Oil Company (UNOC) d’être enregistrée en tant que société de commercialisation du pétrole au Kenya, ce qui lui aurait donné accès aux installations de la Kenya Pipeline Company. Cependant, l’Autorité de régulation de l’énergie et du pétrole au Kenya a rejeté cette demande, arguant que l’UNOC ne satisfaisait pas à certaines exigences.

Lire aussi : Le Niger ouvre un oléoduc de 2 000 km pour exporter son pétrole malgré les sanctions régionales

Cette décision a des implications notables, car actuellement, l’Ouganda s’approvisionne à hauteur de 90% en carburant auprès du Kenya. Toutefois, à partir de 2024, l’Ouganda a signé un contrat avec Vitol Bahrain E.C. et cessera d’acheter du carburant à des entreprises kényanes. Le refus d’enregistrer l’UNOC en tant que société de commercialisation du pétrole au Kenya met en évidence les défis des opérations commerciales transfrontalières et des obligations réglementaires.

Trans Alaska Pipeline

Pendant ce temps, sur la scène diplomatique, les récentes visites du président allemand Frank-Walter Steinmeier en Tanzanie et du roi britannique Charles III au Kenya ont mis en évidence les dynamiques complexes des héritages coloniaux et des tentatives de remédier aux injustices historiques. M. Steinmeier a présenté des excuses pour les atrocités coloniales de l’Allemagne en Tanzanie, tandis que le roi Charles III a exprimé des regrets pour les injustices commises par les gouverneurs coloniaux britanniques au Kenya, notamment pendant la guerre des Mau Mau.

Bien que la réconciliation historique soit un aspect essentiel, les analystes soulignent que des intérêts économiques sont également en jeu. La décision du Kenya de protéger ses sociétés locales de commercialisation du pétrole reflète les défis complexes auxquels sont confrontées les nations dans leurs relations économiques et diplomatiques.

 

 

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !