Actualités

Le président tunisien Kais Saied rassure : « Je ne me transformerai pas en dictateur »

Le Président Tunisien Kais Saied Rassure : « Je Ne Me Transformerai Pas En Dictateur »

Le président tunisien a déclaré qu’il ne deviendrait pas un dictateur. Ceci pour rassurer l’opinion publique inquiète alors que deux députés ont été arrêtés vendredi suite à sa décision de lever son immunité lorsqu’il a pris le contrôle du gouvernement cette semaine.

La Tunisie est plongée dans une crise politique depuis que le président Kais Saied a décidé dimanche de démettre le Premier ministre et de suspendre le Parlement pendant 30 jours, ce qui a incité les principaux partis à l’accuser de coup d’État. Les voix critiques entendent toujours d’être rassurées par la nomination d’un premier ministre intérimaire et une feuille de route pour mettre fin aux mesures d’urgence.

À lire aussi :   Crise politique en Tunisie : le président Kais Saied suspend le Parlement et démet le chef du gouvernement

Pour le moment, sans ces mesures, le président tunisien reste considéré comme un dictateur. Sur ce point, il a tenu à rassurer ses compatriotes. « Je connais très bien les textes constitutionnels, je les respecte et je les ai enseignés et après tout ce temps, je ne deviendrai pas un dictateur comme certains l’ont dit », a déclaré l’ancien professeur de droit cité par la présidence.

M. Saied a récemment levé l’immunité des membres du Parlement, exposant ainsi à l’arrestation toute personne ayant des charges contre elle. Cela a accru l’inquiétude pour les droits et libertés en Tunisie. L’arrestation du député et blogueur influent Yassin Ayari et l’annonce d’enquêtes sur des violences présumées par des personnes protestant contre les actions de Kais Saied, fait poser une multitude de question sur la démocratie.

À lire aussi :   Tunisie : le président Kais Saied réclame 4 milliards d’euros pillés des caisses de l’État

La justice militaire a déclaré qu’Ayari avait été emprisonné en raison d’une décision de justice rendue il y a trois ans pour avoir diffamé l’armée. Le député s’est exprimé contre l’armée et le gouvernement et a été confronté à des problèmes juridiques par le passé.

Un autre député, Maher Zid, du parti conservateur Muslim Karama, a été placé en détention vendredi soir, selon son avocat. Il a été condamné à deux ans de prison en 2018 pour avoir offensé des personnes sur les médias sociaux et insulté le président de l’époque.

--
Publicité 3vision-group

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire