En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Élection au Sénégal : Le coup bas de la CEDEAO à Macky Sall



La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a émis un appel pressant aux hommes politiques sénégalais pour qu’ils ajustent le calendrier des élections présidentielles conformément aux dispositions constitutionnelles. Dans un communiqué publié sur le réseau social X, la Commission de la Cédéao a exprimé sa préoccupation face à la situation actuelle au Sénégal et a appelé à éviter toute action ou déclaration en contradiction avec la Constitution.

« La Commission de la Cédéao suit avec préoccupation la situation au Sénégal », indique le document. « Elle appelle à s’abstenir de toute action ou déclaration contraire à la Constitution et rappelle à la population et aux hommes politiques leur responsabilité dans le maintien de la paix et de la stabilité. Les responsables politiques doivent, dans les meilleurs délais, faire le nécessaire pour rétablir le calendrier électoral conformément aux dispositions de la Constitution ».

Lire aussi : Le Zimbabwe abroge une loi coloniale

La Cédéao a également lancé un appel à la retenue à la société sénégalaise et a mis en garde contre tout recours à la violence. Cette déclaration intervient après l’annulation par le président Macky Sall du décret fixant les élections présidentielles au 25 février en raison d’une prétendue « confusion sur les candidats ».

macky sall cedeao

L’opposition a qualifié cette décision de « coup d’État constitutionnel », déclenchant des manifestations et des tensions. La Cédéao avait déjà exprimé sa préoccupation après le report des élections, appelant à un dialogue entre les acteurs politiques pour organiser un scrutin équitable et transparent.

Le parlement sénégalais a récemment approuvé un amendement constitutionnel, abolissant une disposition liant la date des élections à la fin du mandat du président en exercice. Les élections présidentielles sont désormais prévues pour le 15 décembre de cette année, prolongeant également le mandat du président sortant Macky Sall jusqu’à cette date. La Cédéao avait salué le président Sall pour sa décision de ne pas briguer un autre mandat.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !