En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Le Zimbabwe abroge une loi coloniale



Le Zimbabwe a récemment franchi une étape historique en abolissant la peine de mort, une décision saluée à l’échelle nationale et internationale. Après des mois de débats animés au parlement, le gouvernement a adopté une proposition de loi mettant fin à cette pratique héritée de l’époque coloniale britannique.

Cette décision marque un tournant significatif dans l’histoire judiciaire du Zimbabwe, affirmant l’engagement du pays en faveur des droits de l’homme et de la dignité humaine. Au lieu de la peine capitale, le gouvernement a choisi d’imposer des peines d’emprisonnement prolongées pour les crimes les plus graves, préservant ainsi le droit fondamental à la vie tout en maintenant un élément dissuasif.

Lire aussi : CAN 2023 : Oshimen permet au Nigeria d’ouvrir le score à la 65è mn ! (vidéo)

Dans un communiqué officiel, le gouvernement zimbabwéen a souligné l’importance de maintenir un système pénal juste et équilibré, où des circonstances aggravantes peuvent entraîner des peines d’emprisonnement à perpétuité. Cette approche réfléchie témoigne de la volonté du gouvernement de trouver un juste équilibre entre la punition des crimes les plus odieux et le respect des droits de l’homme.

malijet 65c3c610e3c68 54

La dernière exécution au Zimbabwe remonte à 2005, marquant ainsi une décennie et demie depuis que le pays a renoncé à cette pratique controversée. Le président Emmerson Mnangagwa, lui-même ancien condamné à mort pendant la lutte pour l’indépendance, a joué un rôle central dans cette décision. Son expérience personnelle a probablement influencé sa vision d’une société fondée sur la justice et la rédemption plutôt que sur la vengeance et la violence.

L’abolition de la peine de mort place le Zimbabwe aux côtés des nations progressistes qui reconnaissent l’importance de la réhabilitation des délinquants et de la promotion de la réconciliation sociale. Alors que le pays poursuit sa transition vers une démocratie inclusive et respectueuse des droits de l’homme, cette décision marque un jalon important sur le chemin de la justice et de la dignité pour tous les Zimbabwéens.

 

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !