togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Kim Jong Un devient viral sur TikTok (vidéo)

Kim Jong Un Devient Viral Sur Tiktok (Vidéo)

La Corée du Sud a récemment annoncé son intention d’interdire une chanson de propagande nord-coréenne devenue virale sur TikTok, louant le dictateur de Pyongyang, Kim Jong Un, comme un « père amical » et un « grand leader ». Cette décision fait suite à une déclaration du régulateur des médias de Séoul, affirmant que la vidéo violait la loi sur la sécurité nationale du pays.

La Commission coréenne des normes de communication a déclaré que la chanson « idolâtre, loue et glorifie Kim Jong Un », constituant ainsi une violation de la loi sur la sécurité nationale. Cette loi bloque l’accès aux sites Internet et aux médias du gouvernement nord-coréen et pénalise les comportements et les discours favorables au régime de Pyongyang.

Lire aussi : Cinq pays en compétition pour construire la première centrale nucléaire du Ghana

Vingt-neuf versions de la vidéo « Friendly Father » seront bloquées, selon la commission, qui n’a pas précisé le mode opératoire de cette interdiction. La décision a été motivée par une demande du service national de renseignement sud-coréen, souligne le communiqué.

L’annonce de cette interdiction a suscité un intérêt considérable parmi les Sud-Coréens, beaucoup d’entre eux se précipitant pour visionner la vidéo après l’annonce. Certains ont même suggéré que les autorités devraient rendre la vidéo accessible afin que davantage de personnes puissent en profiter.

« Friendly Father » est la dernière d’une série de chansons pop produites par la machine de propagande de Pyongyang au cours des 50 dernières années. Elle décrit Kim Jong Un comme un « Père » et « Le Grand », des termes traditionnellement réservés à son grand-père, Kim Il Sung, premier dirigeant de la Corée du Nord.

Bien que la loi sur la sécurité nationale de Séoul prévoie des peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison pour les violations, son application a récemment été assouplie. Cependant, des appels ont été lancés pour réviser cette loi au nom de la liberté d’expression.

Cette affaire souligne les tensions persistantes entre les deux Corées et l’impact de la propagande nord-coréenne même à l’ère des médias sociaux, tout en mettant en lumière les défis posés par la régulation des contenus en ligne dans le contexte de la sécurité nationale.