...

À quel point l’Anime a-t-il influencé l’univers de la mode ?


Video player

Les Anime sont ces personnages-vidéos d’une originalité folle, issus des mangas japonais, puis qui ont, ensuite, envahi la sphère des jeux en ligne. Mais ces mangas ne sont pas nés à l’ère moderne pour distraire les adolescents oisifs : ils existent depuis le 12e siècle. Ils se sont propagés à l’ère de l’imprimerie de journaux de masse. Ils ont pris forme humaine pour s’illustrer, de façon éclatante, dans la mode. 

À l’inverse, des créateurs d’anime, comme Naoko Takeuchi pour Sailor Moon, se sont inspirés des grands de la haute couture, comme Christian Dior, pour passer des vêtements lumineux à leurs personnages. 

Cette diffusion d’un domaine esthétique à l’autre est un échange. Mais, on peut affirmer qu’ils ont totalement libéré le monde du maquillage et du vêtement, pour nourrir les idées créatrices des designers de mode et des particuliers. 

Le phénomène fascinant est que l’anime, dans les jeux notamment, figure une sorte de mascotte qui va nous mettre en confiance. C’est pourquoi on s’y attache. Or la mode épouse tout l’univers de l’apparence, de la présentation de soi aux autres et jusqu’où on peut aller dans l’outrance, tout en demeurant socialement acceptable. En un mot, la mode doit tout oser, et l’anime est la quintessence de cette audace.

La beauté japonaise stylisée s’est imposée au monde

Les animes sont des personnages aux traits simplifiés pour marquer les expressions humaines, des visages et des corps proportionnés de façon à être attrayants, avec une coiffure souvent singulièrement colorée pour sortir du lot. 

De façon concomitante à cette passion mondiale pour les mangas, les styles esthétiques coréens et japonais se sont imposés comme inspirants dans les cosmétiques et la mode, parmi les jeunes générations qui, peut-être, souhaitaient ressembler à leurs héros de bande dessinée. 

La J-Beauty, minimaliste et traditionaliste

Un monde de plus en plus communicant voudrait que cette esthétique japonaise réponde aux préoccupations des consommateurs de produits cosmétiques d’Europe et d’Amérique du Nord. Elle semble s’imposer à l’issue de la pandémie de Covid-19, où on opterait pour ce besoin de simplicité, de bien-être et de retour au naturel. 

Au Japon, la J-Beauty, l’art cosmétique local, devrait passer de 521, 9 milliards de Yens, en 2020, à 554, 6 milliards en 2025. Les clients sont attirés par des produits qui ont un impact positif sur leur santé.

👉Rejoindre groupe d'actualités sur Whatsapp

En Europe et aux États-Unis, on observe un regain d’intérêt pour les produits naturels venus du Japon (riz ou eau de riz). Or, la J-Beauty repose presque intégralement sur la prévention (nutrition, santé et beauté de la peau), dont le kobido, sorte de lifting naturel, est une dérivée. 

L’anime, pur produit de l’esthétisme nippon

On remarque souvent que les animes manquent de rouge à lèvres ou de phare aux joues prononcées. L’accent porte sur les yeux, à la fois pour l’anime et la J-Beauty, avec un usage parfois démesuré de mascara. 

Chez l’anime, l’adolescence ou le jeune âge adulte sont les traits d’une éternelle et insolente jeunesse, où tout est possible. C’est ce qu’on appelle le culte de la néoténie humaine : c’est-à-dire l’idée que l’être humain présente, tout au long de sa vie, des caractères juvéniles. Ce sera aussi le corollaire d’une apparence saine et naturelle, comme le revendique la J-Beauty, qui fera tout pour la préserver, en tournant le dos au chimique et à l’artificiel. 

Des cheveux fous, donc sains ! 

Beaucoup d’animes sont remarquables pour leur chevelure apparemment « ingérable », comme les créatures de Dragonball Z. En réalité, elles se présentent souvent comme ultra-résistantes à tout, même aux explosions ! Ainsi la J-Beauty incite à apporter un soin hydratant au cuir chevelu, avec de puissants ingrédients à base de plantes (acacia, miel de manuka ou miel brut, huile essentielle d’orange, eucalyptus). 

Les grands de la mode font grimper le manga sur le podium

Les créateurs de haute couture aiment à illustrer leur collection par des pièces-phares qui symbolisent, d’un trait de crayon, l’ensemble de la collection qu’ils présentent. Ainsi Vuitton, Prada, Gucci (avec Doraemon présent sur tous les sacs) et tant d’autres. À cet instant, qu’est-ce qui stylise le mieux ce trait de plume comme un éclair de génie, si ce n’est un clin d’œil à un personnage viral, justement l’anime ?

Les deux univers deviennent des vases communicants, où Adidas peut s’inspirer de Dragonball Z en lui proposant un partenariat commercial. 

La fusion entre ces deux sphères toucher l’infini à tel point ils sont animés (on ne le dira jamais assez !) ) par une créativité sans bornes. 



--

Quel est ton avis sur doingbuzz en terme de qualités de service?

Consulter son résultat

Loading ... Loading ...
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire