Profanation de la Bible, que disent les autorités togolaises ?


Video player

La scène peu recommandable offerte par l’artiste de la diaspora du nom de Yayoo Boss laisse perplexe. Cet artiste qui a fait ses débuts au Togo a étonné plus d’un. En effet, il s’est permis de brûler la Bible considérée comme sainte par les Chrétiens.

 

Ce livre, l’un des plus vendus du monde revêt une importance capitale pour tous ceux qui croient en Jésus-Christ. S’attaquer à ce symbole phare du christianisme en général et du catholicisme en particulier est une sorte de provocation qui ne dit pas son nom. A la limite, c’est une incitation au soulèvement de ceux qui ne sont pas d’accord avec cette manière de procéder.
On se rappelle que l’artiste disait qu’il brûlait la Bible au nom de ses ancêtres africains. Ils estiment qu’à cause de la colonisation, le christianisme, ses aïeux ont été brûlés et tués. C’est donc une réponse du berger à la bergère.

 

Pendant ce temps, l’artiste togolais Adzistar a condamné vivement cet acte. Il a demandé à son confrère de plutôt rentrer au pays au lieu de chercher un avenir meilleur chez ceux qui ont tué ses ancêtres ( référence faite aux Occidentaux). En rentrant au Togo, il lui est proposé d’ouvrir des couvents vaudous au détriment des églises.
Il faut noter que pour l’heure, aucune autorité religieuse ou administrative ne s’est prononcée sur ce sujet sensible.

Au Togo par exemple, la Constitution reconnait la liberté de religion. Et pour rien au monde, nul ne doit s’en prendre à celle de l’autre. La cohabitation des religions est à n’en point douter l’un des points forts du Togo. Mais voir un artiste togolais s’adonner à cet acte sans condamnation ne fait que donner du courage aux autres.
Pendant qu’on aborde le sujet, un autre artiste est rentré dans ce jeu. Il a brûlé à son tour le nouveau testament.

Yayoo Boss de son côté jette son dévolu sur le coran qu’il promet de réduire en cendres grâce au feu.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire