Actualités

Tony Blair s’insurge contre le retrait « imbécile » de Joe Biden d’Afghanistan

Tony Blair S’insurge Contre Le Retrait « Imbécile » De Joe Biden D’afghanistan

L’ancien Premier ministre, qui a envoyé des troupes britanniques en Afghanistan en 2001, a déclaré que « l’abandon de l’Afghanistan et de son peuple par les Occidentaux est tragique, dangereux [et] inutile ». L’ex-Premier ministre britannique a lancé une charge violente contre le retrait « imbécile » de Joe Biden d’Afghanistan.

Tony Blair, avait sous son règne engagé la Grande-Bretagne dans la guerre en Afghanistan en 2001 aux côtés des États-Unis. Ce samedi, il a critiqué « l’abandon » du pays par les Occidentaux au moment où l’aéroport au centre des efforts d’évacuation a dû fermer au milieu de scènes de panique, ayant provoqué au moins trois morts.

À lire aussi :   Afghanistan:les talibans accusés d'avoir assassiné une policière enceinte devant sa famille
Tony Blair S'Insurge Contre Le Retrait « Imbécile » De Joe Biden D’afghanistan

« L’abandon de l’Afghanistan et de son peuple est tragique, dangereux et inutile, (ce n’est) ni dans leur intérêt ni dans le nôtre », écrit-il dans un article mis en ligne samedi sur le site de sa fondation. « En observant les conséquences de la décision de rendre l’Afghanistan au même groupe que celui d’où est parti le carnage du 11 septembre, et d’une manière telle qu’on semble mettre en scène notre humiliation, la question que se posent alliés comme ennemis est : l’Occident a-t-il perdu toute volonté stratégique » ?

Pour Tony Blair, « il est tellement évident que la décision de se retirer d’Afghanistan de cette manière n’a pas été motivé par une grande stratégie, mais par la politique. »

À lire aussi :   Afghanistan : les Talibans demandent aux populations de quitter l'aéroport pour rentrer chez elles

Tony Blair explique que la stratégie actuelle des Occidentaux leur sera néfaste à long terme. « Le monde ne sait plus ce que défend l’Occident, tant il est évident que la décision de se retirer d’Afghanistan de cette manière était motivée non pas par la stratégie mais par la politique », écrit Tony Blair. « Nous l’avons fait sous les applaudissements de tous les groupes djihadistes du monde ». Surtout, selon lui, « la Russie, la Chine et l’Iran observent et en profitent. Les engagements pris par les dirigeants occidentaux seront évidemment considérés comme une monnaie dévaluée ».

À lire aussi :   Joe Biden à la Russie: « Les Etats-Unis sont de retour »
--
redaction web redaction web
groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Publicité 3vision-group

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire