« Free Zuma » : les dirigeants exhortent à renforcer la sécurité


Video player

Les dirigeants de partis politiques sud-africains ont exhorté le Président Cyril Ramaphosa à déployer davantage de soldats pour renforcer des zones de Gauteng et de KwaZulu-Natal en proie à la violence publique et à un pillage déprimant depuis le week-end, pour la libération de l’ancien Président sud-africain Jacob Zuma, en détention pour outrage à la justice.

Les chefs de partis représentés à l’Assemblée nationale sud-africaine ont formulé leurs propositions au Président Cyril Ramaphosa, lors d’une réunion virtuelle qu’ils ont convoquée ce mercredi, pour discuter des mesures visant à mettre fin à la violence suscitée initialement par l’incarcération de l’ancien Président Jacob Zuma. Tous les grands partis politiques tels que l’ANC, le DA, l’IFP, l’UDM, la FF PLUS et d’autres petits partis, mais ont été snobés par l’EFF de Julius Malema.

Dans une déclaration, le bureau de Cyril Ramaphosa a déclaré que les dirigeants des partis politiques ont appelé le gouvernement à rouvrir les principales routes de KwaZulu-Natal, notamment les principales autoroutes N3 et N2, afin d’éviter une pénurie imminente de nourriture. Ils ont également appelé son gouvernement à protéger l’approvisionnement sécurisé d’autres biens, tels que le carburant et les provisions médicales, après les blocus routiers par ces pillages et émeutes.

Selon le porte-parole d’intérim du président Cyril Ramaphosa, Tyrone Seale a révélé à la réunion que leurs propositions seraient sérieusement examinées. « Les dirigeants ont exhorté que les principaux itinéraires de transport soient garantis pour permettre au carburant, à la nourriture, aux provisions médicales et à d’autres produits de première nécessité d’atteindre les communautés et que le couvre-feu de 9 heures soit strictement appliqué », a-t-il dit.

Le gouvernement a déployé, lundi, des soldats pour renforcer la police submergée par les manifestants pilleurs de magasins. Cependant, les soldats n’étaient pas visibles dans certains endroits précaires, en particulier au KwaZulu-Natal, où le pillage continue. Les dirigeants politiques ont suggéré au Président Cyril Ramaphosa, qu’il était nécessaire de déployer davantage de militaires. « Les dirigeants politiques ont appelé à une plus grande coordination entre la police, les forces de défense, les agences de renseignement, les services de sécurité privée et les structures de sécurité à base communautaire », a ajouté Seale.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire