Recrutement pour Spécialiste Principal en Gestion des Finances Publiques (Gestion-Finance) – Niger


Video player
Contexte
Le Programme de financement et d’assurance des risques de catastrophe (DRFIP) de la Banque mondiale et de la Facilité mondiale pour la réduction des catastrophes et le relèvement (GFDRR) aident les pays à concevoir et à mettre en œuvre des solutions pour accroître leur capacité de financement face aux catastrophes naturelles. Depuis sa création, le Programme DRFIP a développé un ensemble d’outils sur la gestion des connaissances et le renforcement des capacités et des services consultatifs. Le Programme DRFIP est basé dans la Pratique Mondiale « Finance, compétitivité et innovation » en partenariat avec GFDRR et est appuyé par de multiples sources de financement.
Selon le Rapport de 2019 sur les risques, le Niger est classé comme l’un des pays les plus vulnérables au monde, et le pays se trouve dans le principal hotspot de risques de catastrophe au monde – le Sahel. Le Niger se classe au 22ème rang à l’échelle mondiale et 4ème en Afrique subsaharienne en termes de risques de catastrophes.
En l’absence d’une stratégie prédéfinie de financement des risques de catastrophes, le Niger compte sur une mobilisation de ressources ex-post qui, très souvent, sont insuffisantes et difficiles à mobiliser. Ce qui mène à des réponses tardives, difficiles à coordonner et répondant à des objectifs de très court-terme. Pour faire face aux risques de catastrophes naturelles, disposer d’une stratégie de financement des risques peut permettre d‘améliorer la capacité de financement du gouvernement en renforçant et en élargissant le portefeuille d’instruments de financement.
Avant de pouvoir procéder à la préparation d’une stratégie, il est nécessaire dans un premier temps d’effectuer un diagnostic sur la façon dont le Niger finance actuellement les risques de catastrophes naturelles. Ce diagnostic s’attachera à comprendre l’impact budgétaire du gouvernement pour la réponse des catastrophes naturelles en se basant sur des données historiques. Le diagnostic fera un état des lieux des instruments existants de financement des risques de catastrophes disponibles au Niger et permettra au Gouvernement du Niger (GoN) de mieux évaluer ces coûts afin de développer une stratégie pour le financement des risques de catastrophe.
Objectif
La présente consultation a pour objectif de soutenir l’équipe « financement des risques de catastrophes » de la Banque Mondiale
avec le développement d’un diagnostic pour le financement de crises et de catastrophes au Niger.
Étendue du travail : L’étendue de la tâche doit porter, mais sans pour autant se limiter, sur les éléments suivants :
Tache 1 – Analyse du cadre légal et contexte institutionnel
Il s’agira de mener une analyse du cadre légal et du contexte institutionnel pour la gestion des catastrophes au Niger en réalisant :
• Une collecte des textes fondamentaux et légaux en ligne (sur internet) et auprès les institutions et autorités locales portant sur la gestion et le financement des catastrophes au Niger ;
• Une revue documentaire et des textes légaux et fondamentaux afin d’identifier les lois et règlements portant sur la gestion et le
financement des catastrophes au Niger.
Tache 2 – Analyse du marché des assurances
Il s’agira de mener :
• Une analyse du marché des assurances au Niger, y compris l’environnement juridique et réglementaire.
Tache 3 – Identification et quantification des passifs contingents
Il s’agira enfin de :
• Compiler des données sur les dépenses post-catastrophes en fonction de la disponibilité des données au Niger dans un format
Excel convivial ;
• Réaliser une analyse des lacunes dans la comptabilité, la classification et la production de rapports sur ces postes de dépenses;
• Soutenir l’élaboration de chapitres pertinents sur les engagements éventuels du Niger.
Ces activités et les extrants seront effectués dans le cadre d’un accord de confidentialité strict. Tous les produits développés dans le cadre de ce travail seront détenus par la Banque mondiale.
Qualifications et expériences
Le consultant doit satisfaire aux exigences suivantes :
• Avoir un diplôme d’études supérieures (BAC+5 minimum) en finance, gestion des risques de catastrophe ou économie ;
• Avoir une expérience professionnelle confirmée d’au moins 10 ans dans les thématiques liés à la gestion des risques de catastrophes au Niger, démontrant d’une bonne connaissance des acteurs institutionnels ;
• Avoir des compétences en matière de communication, sensibilisation et diffusion d’informations aux parties prenantes ;
• Avoir une grande faculté en matière d’organisation et pouvant travailler avec peu de supervision ;
• Être apte à mener à bien les activités et à fournir les résultats requis dans les délais impartis ;
• Avoir une bonne capacité en matière de rédaction et de communication ;
• Être capable de lire, parler et écrire couramment en français et en anglais.
Le reporting
Ce travail sera effectué sous forme de contrat payant basé sur le nombre de jours travaillés et facturés, (max. 20 jours, salaire en US Dollar). Les dépenses appropriées seront intégralement payées conformément aux politiques de la Banque mondiale. Le consultant rendra compte à Simon Hagemann (Spécialiste du Secteur Financier) de la Banque mondiale.
Les dossiers sont envoyés à zhassane@worldbank.org avec copie à shagemann@worldbank.org
Le dernier délai de soumission est fixé au 5 février 2021 au plus tard à minuit (heure de Niamey).

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Recrutement pour Spécialiste Principal en Gestion des Finances Publiques (Gestion-Finance) - Niger Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

No Responses

  1. Pingback: Voici pourquoi Apoutchou National n’ira plus en France -

Laisser votre commentaire