RDC : Primaire de l’Union sacrĂ©e pour la prĂ©sidence de l’AssemblĂ©e nationale

Rdc : Primaire De L'Union Sacrée Pour La Présidence De L'Assemblée Nationale

 

Les Ă©lus de la majoritĂ© au pouvoir en RDC se retrouvent ce mardi Ă  Kinshasa pour une premiĂšre historique : une primaire visant Ă  dĂ©signer le candidat de l’Union sacrĂ©e Ă  la prĂ©sidence de l’AssemblĂ©e nationale. Trois candidats sont en lice : Christophe Mboso, prĂ©sident sortant de l’institution, Modeste Bahati, prĂ©sident sortant du SĂ©nat, et Vital Kamerhe, vice-Premier ministre et ministre de l’Économie.

Lire aussi : Offre d’emploi : ChargĂ©(e) Suivi-Evaluation chez Oxfam au Niger ( Avril 2024)

Selon Augustin Kabuya, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du parti prĂ©sidentiel, cette primaire a Ă©tĂ© proposĂ©e par les candidats eux-mĂȘmes, tĂ©moignant des tensions internes au sein de l’Union sacrĂ©e. Un observateur politique estime que cette initiative rĂ©vĂšle l’indĂ©cision et le malaise au sein du mouvement.

Ceni 1

Bien que tous les candidats appartiennent au prĂ©sidium de l’Union sacrĂ©e, leurs bases Ă©lectorales diffĂšrent : Vital Kamerhe et Modeste Bahati peuvent compter sur environ trente dĂ©putĂ©s chacun, tandis que Christophe Mboso n’en a qu’une dizaine. Cependant, l’UDPS, avec une centaine de dĂ©putĂ©s, pourrait jouer un rĂŽle crucial en tant qu’arbitre dans cette Ă©lection, selon le politologue Christian Moleka.

Augustin Kabuya assure que le nom du candidat prĂ©sident sera connu ce mardi. Cependant, une Ă©lection formelle Ă  l’AssemblĂ©e nationale sera nĂ©cessaire, bien que le poids Ă©crasant de la majoritĂ© rende cette Ă©tape simplement formelle, selon un analyste.