Olaf Scholz : « Je serais ravie si nous élisions… »

Olaf Scholz : "Je serais ravie si nous élisions..."

Le chancelier allemand Olaf Scholz a récemment fait une déclaration audacieuse, affirmant qu’il était grand temps qu’une femme soit élue présidente de l’Allemagne. Dans une interview accordée au magazine allemand Stern, Scholz a exprimé son espoir de voir une femme occuper le poste de présidente au Palais Bellevue, résidence officielle du président allemand, lors des élections prévues en 2027.

« Je serais ravie si nous élisions une femme au château de Bellevue en 2027 », a déclaré la chancelière dans une interview au magazine allemand Stern. Le Palais Bellevue est la résidence officielle à Berlin du président allemand.

Depuis la fondation de la République fédérale en 1949, l’Allemagne n’a jamais eu de présidente. Cette déclaration de Scholz intervient dans un contexte où l’appel à la représentation féminine au plus haut niveau de la politique allemande se fait de plus en plus fort, notamment après le mandat historique d’Angela Merkel en tant que chancelière.

Lire aussi : Antony Blinken joue de la guitare lors de sa visite à Kiev (vidéo)

Angela Merkel, qui a dirigé l’Allemagne de 2005 à 2021, reste à ce jour la seule femme à avoir occupé le poste de chancelière. Cette absence de représentation féminine au sommet de l’État allemand a suscité des discussions sur la nécessité d’une plus grande diversité et d’une égalité des genres dans la politique allemande.

Actuellement, le président de l’Allemagne est Frank-Walter Steinmeier, mais son deuxième mandat prend fin en 2027, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles élections présidentielles. Scholz a clairement exprimé son soutien à l’augmentation progressive du salaire minimum en Allemagne, plaidant pour une augmentation jusqu’à 15 euros de l’heure. Cette déclaration intervient dans un contexte où le débat sur le salaire minimum et les conditions de travail prend de l’ampleur en Allemagne.

Scholz a également critiqué la Commission du salaire minimum pour sa proposition jugée insuffisante par rapport aux attentes, soulignant la nécessité d’un consensus plus large pour garantir des conditions de travail équitables et une rémunération décente pour tous les travailleurs allemands.