Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Le Maroc veut renforcer ses relations avec Israël
3Vision-Group
03/05/2021 à 09h20 par La redaction

Dans sa nouvelle dynamique de politique internationale, le Maroc compte approfondir ses relations avec la Commission américaine des affaires publiques d’Israël (AIPAC), actif aux États-Unis où l’administration Joe Biden n’a toujours pas décidé de la remise en cause ou non de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara Occidental.

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, doit prendre part à une conférence qu’organise la Commission américaine des affaires publiques d’Israël (AlPAC), le jeudi 6 mai 2021. Une première participation du Maroc aux activités de cette structure israélienne, basée aux Etat-Unis, l’AIPAC.

Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, qui interviendra par visioconférence, sera l’invité principal de l’association dans le cadre du « Mid Atlantic Spring Program », informe-t-on. Il est à noter que depuis l’avènement de l’administration Joe Biden, le Maroc s’active pour le maintien du décret portant reconnaissance américaine de la souveraineté du royaume sur le Sahara Occidental.

L’actuel Président des États-Unis, Joe Biden, n’a pas, pour l’instant, clarifié sa position sur le sujet. Une attitude qui inquiète les autorités marocaines, ainsi que le lobby israélien. Selon le journal américain Jewish Insider, l’existence des relations diplomatiques complètes entre le Maroc et Israël dépend de la position de la Maison-Blanche sur la décision prise par Donald Trump sur le Sahara occidental.

Toutefois, au cas où le Président des États-Unis Joe Biden remettrait en cause cette décision, le Maroc mettrait, peut-être, de nouveau fin à ses relations diplomatiques avec Israël ou s’abstiendrait de renforcer ces liens, analyse le journal américain, soulignant que la question continue de provoquer la division au Sénat américain.

Rappelons que le Sahara Occidental est un territoire de 266 000 km2 (plus de 603 253 habitants), revendiqué à la fois par le Maroc et par la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario, en 1976. Ce dernier ayant le soutien total de l’Algérie, pays voisin du Maroc, en Afrique du Nord.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 450 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

Dans sa nouvelle dynamique de politique internationale, le Maroc compte approfondir ses relations avec la Commission américaine des affaires publiques d’Israël (AIPAC), actif aux États-Unis où l’administration Joe Biden n’a toujours pas décidé de la remise en cause ou non de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara Occidental.

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, doit prendre part à une conférence qu’organise la Commission américaine des affaires publiques d’Israël (AlPAC), le jeudi 6 mai 2021. Une première participation du Maroc aux activités de cette structure israélienne, basée aux Etat-Unis, l’AIPAC.

Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, qui interviendra par visioconférence, sera l’invité principal de l’association dans le cadre du « Mid Atlantic Spring Program », informe-t-on. Il est à noter que depuis l’avènement de l’administration Joe Biden, le Maroc s’active pour le maintien du décret portant reconnaissance américaine de la souveraineté du royaume sur le Sahara Occidental.

L’actuel Président des États-Unis, Joe Biden, n’a pas, pour l’instant, clarifié sa position sur le sujet. Une attitude qui inquiète les autorités marocaines, ainsi que le lobby israélien. Selon le journal américain Jewish Insider, l’existence des relations diplomatiques complètes entre le Maroc et Israël dépend de la position de la Maison-Blanche sur la décision prise par Donald Trump sur le Sahara occidental.

Toutefois, au cas où le Président des États-Unis Joe Biden remettrait en cause cette décision, le Maroc mettrait, peut-être, de nouveau fin à ses relations diplomatiques avec Israël ou s’abstiendrait de renforcer ces liens, analyse le journal américain, soulignant que la question continue de provoquer la division au Sénat américain.

Rappelons que le Sahara Occidental est un territoire de 266 000 km2 (plus de 603 253 habitants), revendiqué à la fois par le Maroc et par la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario, en 1976. Ce dernier ayant le soutien total de l’Algérie, pays voisin du Maroc, en Afrique du Nord.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 450 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire