Le groupe État islamique (EI) revendique un attentat meurtrier dans la capitale ougandaise

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué lundi la responsabilité d’un attentat à la bombe meurtrier dans un restaurant en Ouganda ce week-end que la police a qualifié d' »acte de terrorisme domestique ».

Les enquêteurs ont déclaré qu’une femme de 20 ans avait été tuée et trois autres blessées dans une explosion survenue samedi soir dans un restaurant populaire en bordure de route dans le nord de Kampala.

La police a déclaré que la bombe brute laissée sous une table indiquait le travail d’une entreprise locale peu sophistiquée et minimisait tout lien avec des réseaux étrangers.

Cependant, dans un message envoyé via ses canaux de communication, la province d’Afrique centrale de l’État islamique a déclaré avoir mené l’attaque et affirmé avoir tué deux personnes et en a blessé cinq.

« Un détachement de sécurité des soldats du califat a pu faire exploser un engin explosif à l’intérieur d’une taverne dans laquelle étaient rassemblés des éléments et des espions de l’armée ougandaise des croisés », lit-on dans une partie du communiqué cité par le SITE Intelligence Group, qui surveille les communications des militants. .

Le 8 octobre, l’EI a revendiqué sa première attaque en Ouganda, alléguant qu’une unité de la même opération en Afrique centrale a bombardé un poste de police à Kampala, faisant des blessés.

Aucune explosion ni aucun blessé n’a été signalé par les autorités ou les médias locaux à l’époque, bien que la police ait par la suite confirmé qu’un incident mineur s’était produit sans fournir plus de détails.

Cependant, dans les jours qui ont suivi, la Grande-Bretagne et la France ont mis à jour leurs conseils aux voyageurs, affirmant que les terroristes étaient « très susceptibles d’essayer de commettre des attaques en Ouganda » et appelant à la vigilance dans les zones surpeuplées.

En 2010, deux attentats à la bombe à Kampala visant des supporters qui regardaient la finale de la Coupe du monde ont fait 76 morts.

Le groupe militant somalien Al-Shabaab a revendiqué les explosions dans un restaurant et dans un club de rugby.

L’attaque, la première en dehors de la Somalie par Al-Shabaab, a été considérée comme une vengeance pour l’Ouganda envoyant des troupes dans le pays déchiré par la guerre dans le cadre d’une mission de l’Union africaine pour affronter les insurgés.

Le président Yoweri Museveni a promis dimanche que les responsables de la dernière attaque seraient arrêtés et a exprimé ses condoléances aux personnes tuées et blessées.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆