La Nouvelle-Calédonie “reste” en France malgré le boycott indépendantistes

- La Nouvelle-Calédonie "reste" en France malgré le boycott indépendantistes

Les électeurs du territoire insulaire français de la Nouvelle-Calédonie ont choisi à une écrasante majorité dimanche de rester en France, lors d’un référendum boycotté par les forces indépendantistes et étroitement surveillé dans le Pacifique Sud.

Les militants séparatistes ont exprimé leur consternation ou leur résignation en boycottant le référendum . Ils avaient demandé un report du vote en raison de la pandémie et étaient en colère contre ce qu’ils considéraient comme les efforts du gouvernement français pour influencer la campagne. Ils ont donc appelé leurs partisans à rester à l’écart des bureaux de vote.

Et ils l’ont fait. Les résultats officiels ont montré que 96% des participants ont choisi de rester en France. Le taux de participation global a été inférieur à 44%, soit à peine la moitié des personnes qui se sont présentées lors d’un précédent référendum sur l’indépendance l’année dernière, où le soutien à la rupture était de 46,7%.

Le vote a été surveillé par l’ONU et les puissances régionales, dans le cadre des efforts mondiaux de décolonisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. La Nouvelle-Calédonie, colonisée par le neveu de Napoléon au XIXe siècle, est un vaste archipel d’environ 270 000 habitants à l’est de l’Australie, 10 fuseaux horaires en avance sur Paris, et abrite une base militaire française.

“Ce soir, la France est plus belle parce que la Nouvelle-Calédonie a décidé de rester”, a déclaré Macron dans une allocution télévisée nationale. Il n’a pas abordé le boycott. Notant que l’électorat “reste profondément divisé”, Macron a promis “le respect de tous les Calédoniens”, y compris ceux qui ont voté pour leur départ.

[newsletter_form]

Laisser votre commentaire