Biographie

Biographie Officiel de DJ Kerozen

Publié par La redaction

Yobouet Constant Joël ou si vous voulez, Kerozen DJ a définitivement signé son nom dans le livre d’or du coupé décalé.

Depuis son retour au pays, il met d’accord férus ou non sur ses différentes sorties. En l’occurrence « Mon heure a sonné » et « Le temps ».

Cependant il faut savoir que la vie n’a pas fait de cadeaux à la star. Dans un entretien,  le transfuge du duo Boulevard DJ parle des difficultés qu’il a connu en Europe et rappel le soutien de Serey Dié.

– Installation en Europe et déboires

« Au début, tout se passait bien. Je bossais au « Calypso Club » à Genève en tant que DJ maison et j’étais super bien payé. Malheureusement, on a fait un virement à 90 degrés et en deux temps trois mouvements comme on le dit à Abidjan, tout a basculé. La boîte de nuit a été démolie. Du coup, je perds tout et je suis réduit à ma plus simple expression : je n’ai plus de boulot, je n’ai plus de maison où dormir. C’était intenable ! Finalement, une tata burkinabè décide de m’héberger. Cette galère a duré deux ans environ. A chaque fois, j’avais espoir que j’allais avoir un autre boulot afin que la situation s’améliore, mais j’avais que de petits contrats saisonniers. Alors, quand la possibilité m’était offerte, je faisais des voyages en Côte d’Ivoire avec des singles sous le bras qui, malheureusement, passaient inaperçus. C’est en ce moment que mon chemin croise celui d’un footballeur ivoirien, en l’occurrence Serey Dié. Il devient mon pote, mon complice, celui avec qui je fais tout. Un jour, il pousse l’audace de me dire la vérité que personne jusque-là n’avait encore pu me dire. Il m’a dit que ce monde-là (Ndlr : l’Europe) n’était pas fait pour moi et qu’il fallait que je retourne au pays pour relancer ma carrière. Et qu’il était prêt à m’aider dans ce sens. J’avoue que j’ai vraiment aimé sa sincérité ».

– Retour à Abidjan et… fin de cauchemar

« Alors, j’ai pris son conseil au sérieux et je suis rentré à Abidjan. Mais là encore, les choses ne se passent pas comme il le faut. Serey Dié commence à m’aider comme promis, mais on n’arrive pas au bout parce qu’il rencontre lui aussi des moments difficiles. Comme si la poisse me suivait partout, rien de ce que je faisais ne me réussissait. Je pense que cela a été la volonté de Dieu. C’est l’occasion ici de dire ma reconnaissance à Serey Dié car il a un grand cœur. Je dirais que Serey Dié m’a ouvert la voie en m’exhortant à revenir au pays. Car c’est cela qui m’a permis de rencontrer une dame, Emma Dobré. Qui m’ouvre les portes en louant une maison pour moi et me faisant rentrer en studio. C’est ainsi que « Mon heure a sonné » est sorti le 21 janvier 2016. Et par la grâce de Dieu, mon heure a effectivement sonné. Puis après, « Le temps » est venu accomplir l’œuvre que Dieu a démarré dans ma vie. Je dirais que « Mon heure a sonné » et « Le temps » m’ont remis à jour. Bien plus qu’à jour même ! En deux ans environ, j’ai conquis le cœur des mélomanes de toute l’Afrique entière et nombre de ceux d’ailleurs ».

A LIRE AUSSI :   Biographie: Assou et Sevi

Retour en Europe en vue ?

« Non ! L’Europe n’est pas l’Eldorado. J’y ai vécu des choses insupportables. A présent, je proclame des paroles de bénédictions sur ma vie donc je ne veux plus y retourner m’installer pour vivre de nouveau des moments de galère. Sauf si je tombe par exemple sur une grosse maison de disque qui décide que je m’y installe en plein temps. Pour l’heure, je me sens bien ici ».

C’est l’artiste du moment,  en Afrique. Alors que ses deux gros tubes cartonnent, prenant en otage les platines de la Rue Princesse en Côte d’Ivoire à l’Alizé Essos au Cameroun, l’ex membre du collectif BOULEVARD DJ sait pertinemment d’où il vient et surtout quels objectifs à atteindre. Et bien contrairement à ce que pensent certains, Kerozen Dj n’en est pas à son premier tube. En effet, Yobo Constant Joël (de son vrai nom) en 2004, alors qu’il n’était encore qu’élève en classe de terminale, exerçait déjà comme disc-jockey à la Rue Princesse. Un an plus tard, avec son binôme Zéphy le Créateur, il sort « La Danse de la Moto ». Un tube coupé décalé qui va faire le tour du monde et les mènera en spectacle jusqu’au Brésil… Mais après, plus rien ! Il a fallu 2016 pour qu’il signe son grand retour avec le single « Mon heure a sonné », chanson reprise en cœur par tous les africains, tellement elle profonde et de qualité dans l’écriture et la mélodie. Voici l’histoire de celui qui fait le buzz en ce moment sur les pistes de danse du continent…

Yobo Constant Joël dit Kerozen Dj, a débuté dans un petit maquis de son quartier appelé « Le Titré » sis à Yopougon (Siporex). Ses ambitions le mèneront plus tard à Abobo, puis aux maquis « Champions League », et enfin « Le Ministère de la Joie » sis à la Rue Princesse, le coin le plus prisé des ambianceurs et boucantiers. C’est véritablement dans ce coin que ses potes et lui en plein Atalaku show, vont captiver l’attention du célèbre David Tayorault qui va demander à la patronne si elle pouvait produire ces derniers. Très engagée et confiante, elle acceptera volontiers, et c’est comme ça qu’est né le groupe Boulevard Dj. Ces jeunes tutoient les plus grands en très peu de temps avec leur titre à succès « La danse de la moto »…

Mais la gloire est de courte durée, puisque Kérozène opte s’envoler pour la Suisse en 2005. Sur place, il essaye tant bien que mal de faire des show Dj dans des Clubs et produit quelques titres qui malheureusement seront des balles perdues… Le découragement s’installe, il est abandonné à lui-même : « Lorsque tu as connu le succès et que tu traverses des moments difficiles, personnes ne t’appellent. Même ceux que tu appelais tes amis te tournent le dos…. J’avais vraiment mal de voir des personnes qui  me vénéraient ne plus décrocher mes appels. Etant croyant, je priais beaucoup et confiais mon sort à Dieu », a-t-il confié lors d’une interview à nos confrères de AbidjanShow. Dj Kerozen est réduit à présenter des shows de ses collègues Dj, jusqu’au fameux soir où lui a été faite une révélation, laquelle va lui inspirer le fameux tube MON HEURE A SONNÉ : « L’histoire est née un soir dans une boîte de nuit en Suisse. Lors d’une soirée dans cette boîte dans laquelle j’animais, je devais présenter mes amis disc-jockeys. Une chose que j’ai faite. Présent dans cette boîte de nuit, l’international footballeur ivoirien Serey Dié m’a confié par la suite qu’il avait mal de me voir faire une telle chose. C’est à dire présenter mes amis alors que j’ai du talent moi aussi et bien plus peut-être. Il m’a confié qu’il avait beaucoup apprécié « La danse de la Moto ». Et m’a donc incité à reprendre ma carrière musicale en main. J’ai été touché dans mon orgueil. Et je me suis remis au travail. Voici comment est né le déclic et ce titre Mon heure a sonné ». Se souvient-il. Après ce succès, Kérozène a récidivé avec « Le temps », encore plus fort le précédent tube. Il enchaine ainsi les tournées depuis plusieurs mois déjà et est le chouchou des mélomanes africains voire au-delà.

A LIRE AUSSI :   BIOGRAPHIE du groupe S-TRACK BOYZ

Pour ce qui est de ses compositions, il ne fait confiance qu’en un seul arrangeur jusqu’ici, en la personne de BEBI PHILIP: « Bebi Philip est mon arrangeur. Car il travaille avec son âme et son esprit. Lorsque tu chantes faux, il te taquine et on rigole. Par la suite il t’oriente sur ce que tu dois faire. Rare sont les arrangeurs qui le font dans ce pays » affirme-t-il.

Côté cœur, bien qu’il ne soit pas toujours marié jusqu’ici, Kerozen DJ dit ne plus être libre; en effet, ce célibataire et père de 2 enfants compte se marier très bientôt. Il avoue avoir un faible pour des femmes au teint noir, rondes et aux courbes africaines.

Lâchez commentaire sur Doingbuzz

Commentaires

--

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :#doingbuzz

A propos du rédacteur

La redaction

Premiers sur l'exclusivité et tout ce qui est sujet brûlant Culture · Cinéma . Interviews · Musique · Clips · Paroles · Emploi . People . Téléchargement etc..
Le web étant devenu un facteur incontournable dans la promotion d'un artiste et de ses oeuvres, s'incarne en projecteur sur la musique africaine en particulier et la culture africaine en général. Un projecteur qui extrapole sa lumière sur les actualités sportives et diverses pour plus de complexité. Une équipe homogène et dynamique assure le buzz comme nom l'indique. , l'exclu et le buzz sont ici!* Email: !

Lâchez votre commentaire

  S’abonner  
Notifier de