Actualités Kenya

Uhuru Kenyatta : la justice s’oppose à sa réforme constitutionnelle

Uhuru Kenyatta : la justice s'oppose à sa réforme constitutionnelle
LONDON, ENGLAND - JANUARY 21: President of Kenya, Uhuru Kenyatta makes a speech during the meeting of the United for Wildlife Taskforces at St James Palace on January 21, 2020 in London, England. (Photo by Victoria Jones - WPA Pool/Getty Images)

La justice kenyane a donné une claque au président du pays. La Cour d’appel du Kenya a confirmé vendredi l’illégalité du processus de révision constitutionnelle lancé par le président Uhuru Kenyatta. Ce dernier voit ainsi ses projets contrariés à moins d’un an de l’élection présidentielle.

 

La réforme engagée par Uhuru Kenyatta est baptisée « Building Bridge Initiative » (BBI). Comme le rapporte la BBC, elle vise à modifier la Constitution de 2010, qui a instauré un régime présidentiel, pour créer, entre autres, un poste de Premier ministre, deux vice-Premiers ministres et un chef de l’opposition et augmenter le nombre de sièges au Parlement.

À lire aussi :   Kenya : envoyé acheter du riz, il revient 47 ans après

La justice n’approuve pas cette initiative. « « Le président n’a pas le pouvoir, selon la Constitution, d’initier des amendements constitutionnels. Un amendement constitutionnel ne peut être initié que par le Parlement (…) ou par une initiative populaire », a déclaré le président du tribunal Daniel Musinga à l’issue des plus de dix heures de lecture de l’arrêt.

Les sept juges ont même ajouté que le chef de l’Etat peut faire l’objet de poursuites civiles pour avoir illégalement initié ce processus.

 

La réforme de Uhuru Kenyatta, un stratagème ?

 

En effet , la réforme du président kenyan est une source de controverse croissante depuis son lancement le 27 novembre 2019. Pour la justifier, le président Kenyatta affirme qu’elle vise à atténuer le système actuel du « winner take all » (le gagnant remporte tout) qui a provoqué des conflits post-électoraux tout au long de l’histoire du pays.

À lire aussi :   Le rappeur camerounais Ténor finit en prison

 

De leurs côtés, les détracteurs y voient un stratagème de Uhuru Kenyatta, qui n’est pas autorisé à briguer un troisième mandat lors des élections d’août 2022, pour rester au pouvoir en tant que Premier ministre. Certains soupçonnent un accord de partage du pouvoir avec son ancien principal opposant, Raila Odinga.

--
Publicité 3vision-group
groupe emploi whatsapp doingbuzz> Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire