En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Procès d’Ousmane Sonko : Les vidéos des affrontements violents entre opposition et FDS



Le Sénégal est actuellement sous tension alors que le procès pour diffamation de l’opposant Ousmane Sonko doit avoir lieu ce jeudi 16 mars. Les événements précédant le procès ont engendré une réponse musclée des autorités à l’appel de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi pour des marches à travers le pays.

Des députés de la coalition ont été repoussés par des tirs de gaz lacrymogène alors qu’ils voulaient rendre visite à Ousmane Sonko. Ce dernier a été empêché de sortir de chez lui, ce qui a été critiqué par son parti comme une « mise en résidence surveillée illégale ».

Le parti de Sonko, le Pastef, a appelé ses militants à « lever le blocus ». Des marches ont été autorisées dans certaines localités du pays, mais celle de Dakar a été interdite par les autorités. Les tensions sont exacerbées par le fait que ce procès pourrait barrer la route de Sonko pour la présidentielle de février 2024 et par une seconde procédure pour des accusations de viols.

Lire aussi : Sénégal : l’opposant Ousmane Sonko fait des révélations sur Macky Sall

L’opposition dénonce une « instrumentalisation de la justice » et des « arrestations arbitraires ». De leur côté, les autorités accusent l’opposition de chercher à « déstabiliser les institutions » par « la violence » et appellent leurs partisans « à faire face aux tentatives de troubles ».

Procès D'Ousmane Sonko : Les Vidéos Des Affrontements Violents Entre Opposition Et Fds Procès D'Ousmane Sonko : Les Vidéos Des Affrontements Violents Entre Opposition Et Fds

Affrontements violents près du domicile d’Ousmane Sonko

Le déroulement des événements récents montre que les discours menaçants se multiplient des deux côtés. Plusieurs responsables religieux et de la société civile ont mis en garde contre un risque d’escalade. La situation est d’autant plus inquiétante que les tensions en amont de la présidentielle de février 2024 s’intensifient.

Les rassemblements de l’opposition, tels que celui qui a eu lieu mardi 14 mars dans la commune des Parcelles Assainies, sont des démonstrations de force envoyées au pouvoir. Les partisans de la coalition Yewwi Askan Wi considèrent cela comme « un signal envoyé au pouvoir » et « une des étapes » dans leur combat politique. Ils ont maintenu la pression en appelant à des marches à travers le pays.

Lire aussi : Sénégal : l’opposant Ousmane Sonko arrêté en pleine circulation, le motif (vidéo)

Le pouvoir en place, représenté par Benno Bokk Yaakar, accuse l’opposition d’être « irresponsable » et de chercher à « déstabiliser les institutions » par « la violence ». Les responsables du pouvoir ont appelé leurs partisans « à faire face aux tentatives de troubles ». Ces discours menaçants des deux côtés font craindre une escalade de la violence dans le pays.

 

 

 

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !