Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
« Les millions de tonnes de ressources minières exportées ne profitent pas à la RD Congo »
3Vision-Group
19/04/2021 à 18h51 par La redaction

 

Les richesses minières de la RD Congo sont gérées par des entreprises étrangères. Elles contribuent à peine à 17% à l’économie nationale. Un trafic incroyable s’est organisé depuis des années et c’est les étrangers qui profitent alors que l’Etat manque de fonds pour se prendre en charge. Le Congo même ne se retrouve plus puisque tous les revenus vont à l’international.

Cette situation est en réalité la conséquence de mauvais choix ou d'orientations données à partir de fin 1990. Il s'agit de conseils de la Banque mondiale et le FMI qui ont été tout mis à terre. L’Etat, étant à bout de souffle avait cru que ce sont les entreprises étrangères qui vont l’aider à redonner un nouveau souffle au domaine minier et en tirer profit. Malheureusement, au Congo, la plus importante richesse est détenue par 5 ou 6 entreprises étrangères dans lesquelles la Gecamines est actionnaire minoritaire.

Par contre, ce sont des prêts qui sont mis à la disposition du pays avec des taux d’intérêt de 10 %, ce qui est inacceptables. Ce sont ces pratiques que dénonce une fois encore le patron de la Gecamines ou Société générale des carrières et des mines.

« Selon les conventions, on ne peut pas unilatéralement changer de partenaires mais on peut récupérer une partie du cobalt artisanal (…) Une structure réglemente désormais l’exploitation du cobalt avec trois exigences dont l’interdiction du travail des enfants et des femmes enceintes, femmes mineures, préparation du site et sécurisation à travers les équipements de protection », explique le numéro 1 de la Gecamines, Albert Yuma Mulimbi. L’Entreprise générale du cobalt lancée en 2019 est détenue par l’Etat et la Gecamines à 100 %.

Albert Yuma Mulimbi, président de la fédération des entreprises du Congo estime que son institution n’est pas partisane. Elle n’a rien à faire dans la politique mais est plutôt un partenaire stratégique qui n’hésite pas à faire des critiques au gouvernement. M. Mulimbi est un homme d'affaires, chef d'entreprise et financier congolais. Il est le président de la Gécamines depuis 2010 et président de la Fédération des entreprises du Congo depuis fin 2004.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

 

Les richesses minières de la RD Congo sont gérées par des entreprises étrangères. Elles contribuent à peine à 17% à l’économie nationale. Un trafic incroyable s’est organisé depuis des années et c’est les étrangers qui profitent alors que l’Etat manque de fonds pour se prendre en charge. Le Congo même ne se retrouve plus puisque tous les revenus vont à l’international.

Cette situation est en réalité la conséquence de mauvais choix ou d'orientations données à partir de fin 1990. Il s'agit de conseils de la Banque mondiale et le FMI qui ont été tout mis à terre. L’Etat, étant à bout de souffle avait cru que ce sont les entreprises étrangères qui vont l’aider à redonner un nouveau souffle au domaine minier et en tirer profit. Malheureusement, au Congo, la plus importante richesse est détenue par 5 ou 6 entreprises étrangères dans lesquelles la Gecamines est actionnaire minoritaire.

Par contre, ce sont des prêts qui sont mis à la disposition du pays avec des taux d’intérêt de 10 %, ce qui est inacceptables. Ce sont ces pratiques que dénonce une fois encore le patron de la Gecamines ou Société générale des carrières et des mines.

« Selon les conventions, on ne peut pas unilatéralement changer de partenaires mais on peut récupérer une partie du cobalt artisanal (…) Une structure réglemente désormais l’exploitation du cobalt avec trois exigences dont l’interdiction du travail des enfants et des femmes enceintes, femmes mineures, préparation du site et sécurisation à travers les équipements de protection », explique le numéro 1 de la Gecamines, Albert Yuma Mulimbi. L’Entreprise générale du cobalt lancée en 2019 est détenue par l’Etat et la Gecamines à 100 %.

Albert Yuma Mulimbi, président de la fédération des entreprises du Congo estime que son institution n’est pas partisane. Elle n’a rien à faire dans la politique mais est plutôt un partenaire stratégique qui n’hésite pas à faire des critiques au gouvernement. M. Mulimbi est un homme d'affaires, chef d'entreprise et financier congolais. Il est le président de la Gécamines depuis 2010 et président de la Fédération des entreprises du Congo depuis fin 2004.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 452 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire