Appel à enquête sur l’assassinat de Bate Urgessa : Tension politique en Éthiopie

Appel à enquête sur l'assassinat de Bate Urgessa : Tension politique en Éthiopie

La Commission éthiopienne des droits de l’homme, mandatée par l’État, a appelé à l’ouverture d’une enquête sur l’assassinat de Bate Urgessa, figure de l’opposition récemment libérée de prison. Bate Urgessa a été abattu mardi soir dans sa ville natale de Meki, dans la région de l’Oromia, la plus vaste d’Éthiopie, selon le Front de libération Oromo (OLF), dont il était un responsable politique. L’OLF, groupe d’opposition légalement enregistré, a annoncé qu’une enquête était en cours sur cet homicide par balle.

Lire aussi : La mère d’Ali Bongo en procès contre des hauts responsables du PDG au Gabon

Daniel Bekele, président de la Commission éthiopienne des droits de l’homme, a exhorté les autorités régionales de l’Oromia et les autorités fédérales éthiopiennes à mener une enquête rapide, impartiale et approfondie pour que les responsables de ce crime soient tenus pour responsables.

Bate Urgessa, critique ouverte du gouvernement, avait été emprisonné à plusieurs reprises par le passé. En 2022, il était tombé gravement malade alors qu’il était détenu avec d’autres membres importants de l’OLF pendant plusieurs mois. En février de cette année, lui et le journaliste français Antoine Galindo ont été arrêtés dans un hôtel d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, et accusés de conspiration en lien avec des groupes rebelles. Galindo a été libéré au bout d’une semaine, suivi de la libération de Bate quelques jours plus tard.

L’OLF, qui avait signé un accord de paix avec le gouvernement en 2018, a continué de revendiquer des droits pour le peuple Oromo, la plus grande ethnie d’Éthiopie. Bien que la faction politique de l’OLF ait légalement participé aux élections, une partie de sa branche armée, l’Armée de libération oromo, a poursuivi son opposition armée et intensifié ses activités contre l’armée éthiopienne ces derniers mois.