Niger : Dissolution des conseils des collectivités territoriales par le régime militaire

Niger : Dissolution des conseils des collectivités territoriales par le régime militaire

 

Le chef du régime militaire en place au Niger a pris une décision radicale en dissolvant par ordonnance les conseils des collectivités territoriales élus fin 2020. Cette mesure, annoncée jeudi par la télévision et la radio publiques, marque un tournant majeur dans la gouvernance du pays.

« Le général Abdourahamane Tiani a signé ce jeudi 4 avril une ordonnance portant dissolution des conseils municipaux, des conseils des villes et des conseils régionaux », a indiqué jeudi soir la télévision publique Télé Sahel.

Selon les termes de l’ordonnance, « les conseils municipaux, les conseils des villes et les conseils régionaux sont dissous », a précisé la télévision.

Lire aussi : Scandale de Corruption en Afrique du Sud : l’ex-présidente du Parlement libérée sous caution

Selon les informations diffusées par la télévision publique Télé Sahel, le général Abdourahamane Tiani a signé cette ordonnance de dissolution des conseils municipaux, des conseils des villes et des conseils régionaux. Aucune explication n’a été donnée quant aux raisons de cette dissolution.

En remplacement des conseils dissous, le général Tiani a nommé des individus chargés de diriger ces collectivités, parmi lesquels figurent des militaires, des officiers de police et des civils. Notamment, la capitale Niamey sera désormais dirigée par un colonel de l’armée, en remplacement du maire élu précédemment en fonction, Oumarou Dogari.

Cette décision intervient dans un contexte où le Niger fait face à des défis sécuritaires persistants, avec des attaques terroristes meurtrières dans différentes régions du pays. Depuis le renversement du président élu Mohamed Bazoum en juillet 2023, le pays est dirigé par un régime militaire.

À noter que lors des élections municipales et régionales de décembre 2020, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS), alors au pouvoir, avait remporté une part significative des sièges des conseillers dans les différentes collectivités territoriales du pays.