togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Révélations : Simon Adingra escroqué à hauteur de 400 000 FCFA par un entraîneur (VIDEO)

Simon Adingra, Escoquée, 400 000 Fcfa

Dans une interview franche, la star montante du football Simon Adingra a fait part d’une expérience poignante vécue dans ses jeunes années. À l’âge de 13 ans, Adingra et sa famille ont été trompés par un entraîneur qui leur a promis de l’inscrire dans un centre de formation prestigieux pour la somme considérable de 400 000 FCFA.

Cette révélation met en lumière la face cachée du sport chez les jeunes, où les rêves sont souvent exploités par des individus sans scrupules.

La lutte et le sacrifice d’une famille

Simon Adingra

Simon Adingra, aujourd’hui reconnu pour son talent et sa persévérance, a raconté combien il avait été difficile pour sa famille de réunir l’argent. Son père, qui a toujours privilégié l’éducation au sport, était particulièrement opposé à cette idée. Il croyait en l’importance des études et citait souvent la légende du football Didier Drogba comme un modèle d’équilibre entre éducation et sport.

LIRE AUSSI: En couple ou célibataire ? Simon Adingra donne officiellement sa réponse

« Lorsque j’avais 12-13 ans, un entraîneur m’a proposé un centre de formation avec une école intégrée au Bénin, pour 400 000 CFA. Mes parents n’avaient pas les moyens », se souvient Adingra. Sa mère, vendeuse de serviettes au marché, et son père, qui était au chômage, avaient du mal à joindre les deux bouts. Malgré ces contraintes financières, la passion d’Adingra pour le football l’a amené à persuader ses parents de soutenir son rêve.

« Mon père ne travaillait plus. Quant à ma mère, elle vendait des serviettes au marché. J’avais aussi une grande sœur qui allait à l’école et qui tenait une cabine téléphonique pour m’aider. Malgré l’opposition de mon père, je me suis tourné vers ma sœur pour les convaincre de me laisser partir », raconte-t-il.

Simon Adingra Min 860X654 1

L’amère réalité vécue par Simon Adingra

Les parents d’Adingra ont fini par contracter des emprunts pour payer les frais de scolarité, espérant ainsi assurer un meilleur avenir à leur fils. L’entraîneur leur a fourni des photos alléchantes d’un centre d’entraînement bien équipé, ce qui a rassuré la famille sur sa décision. Cependant, la réalité était bien différente de ce qui avait été promis.

LIRE AUSSI : Hamond Chic : La coach ivoirienne drague Simon Adingra

« Dix d’entre nous sont partis pour le Bénin. En chemin, l’entraîneur a pris nos téléphones, prétextant qu’ils étaient interdits là-bas, mais j’avais caché le mien », explique Adingra. Arrivés à Porto-Novo, ils ont découvert une maison inachevée, bien loin des images qu’on leur avait montrées. Les conditions à Cotonou, où ils se sont finalement retrouvés, étaient encore pires.

« J’ai pleuré quand j’ai vu où il nous avait emmenés, si loin de ses promesses », avoue Adingra. Le centre d’entraînement promis s’est avéré être un mirage, laissant les jeunes footballeurs désillusionnés et bloqués.

Simon Adingra

Malgré cet échec, l’histoire de Simon Adingra est celle d’une résilience et d’une détermination à toute épreuve. Son parcours, depuis cette situation difficile jusqu’au titre de champion d’Afrique, témoigne de son dévouement inébranlable à sa passion. Cette expérience, bien que douloureuse, a forgé son caractère et renforcé sa détermination à réussir contre vents et marées.