Les États-Unis pourraient sanctionner Poutine si la Russie envahit l’Ukraine selon Biden


Video player

Le président américain Joe Biden a déclaré qu’il envisagerait des sanctions personnelles contre Vladimir Poutine si la Russie envahissait l’Ukraine.

M. Biden a indiqué qu’il y aurait des « conséquences énormes » pour le monde si la Russie agissait sur la nation, qui se trouve à sa frontière sud-ouest.

Ses commentaires sont venus alors que d’autres dirigeants occidentaux répétaient les avertissements que la Russie paierait un lourd tribut pour l’invasion.

La Russie a accusé les États-Unis et d’autres d' »aggraver les tensions » sur la question et nie avoir l’intention d’entrer en Ukraine.

Cependant, Moscou a renforcé ses troupes à la frontière, avec quelque 100 000 soldats russes déployés dans la région.

Répondant aux questions des journalistes, M. Biden a répondu « oui » lorsqu’on lui a demandé s’il se voyait imposer des sanctions au président russe personnellement en cas d’invasion.

Il a déclaré qu’un tel mouvement à travers la frontière ukrainienne aurait des « conséquences énormes dans le monde entier » et pourrait constituer « la plus grande invasion depuis la Seconde Guerre mondiale ».

M. Biden a ajouté qu’il se sentirait obligé de renforcer la présence de l’Otan en Europe de l’Est.

« Nous devons dire clairement qu’il n’y a aucune raison pour que quiconque, aucun membre de l’Otan, s’inquiète si … l’Otan viendrait à sa défense », a-t-il déclaré.

Mais il a répété qu’il n’était pas prévu d’envoyer des troupes américaines en Ukraine même.

Par ailleurs, l’administration de M. Biden a expliqué qu’elle travaillait avec des fournisseurs de pétrole et de gaz du monde entier pour augmenter les expéditions vers l’Europe au cas où la Russie couperait les approvisionnements, rapporte le New York Times.

La Russie fournit actuellement environ un tiers du pétrole brut et du gaz importés par l’Union européenne.

Auparavant, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait déclaré que les alliés occidentaux répondraient à toute incursion par des sanctions économiques « sévères », ajoutant que la Grande-Bretagne était prête à déployer des troupes pour protéger les alliés de l’OTAN dans la région.

Il a soulevé la question de l’interdiction de la Russie du système de paiement international Swift, une décision qui, selon de hauts responsables russes, signifiait que l’Europe ne serait pas en mesure de payer et de recevoir des produits russes.

Pendant ce temps, le président français Emmanuel Macron a estimé que le dialogue avec Moscou se poursuivrait.

Il s’entretiendra par téléphone avec M. Poutine vendredi, a-t-il ajouté, et demandera des éclaircissements sur les intentions de la Russie envers l’Ukraine.

Lors des pourparlers de crise de lundi, les puissances occidentales ont convenu de sanctions « sans précédent » contre la Russie si elle devait envahir l’Ukraine.

Les États-Unis ont également mis 8 500 soldats en alerte – en partie pour aider à renforcer les alliés de l’OTAN – ce qui, selon la Russie, lui a causé « une grande inquiétude ».

Le Kremlin a déclaré qu’il considérait l’Otan comme une menace pour la sécurité et exige des garanties juridiques que l’alliance ne s’étendra pas plus à l’est, y compris dans l’Ukraine voisine. Mais les États-Unis ont déclaré que le problème en jeu était l’agression russe, et non l’expansion de l’OTAN.

La Russie s’est déjà emparée du territoire ukrainien, lorsqu’elle a annexé la Crimée en 2014. Après que les forces russes ont pris le contrôle, la Crimée a voté pour rejoindre la Russie lors d’un référendum que l’Occident et l’Ukraine ont jugé illégal.

Les rebelles soutenus par la Russie contrôlent également des zones de l’est de l’Ukraine près des frontières russes. Ce conflit a coûté la vie à environ 14 000 personnes, et l’accord de paix de 2015 est loin d’être respecté.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire