La start-up ivoirienne de commerce électronique ANKA (anciennement Afrikrea) lève un fond de 6,2 millions de dollars

Une étude de McKinsey & Company sur l’activité générale du commerce électronique en Afrique suggère que les dépenses de consommation dépasseront 2 000 milliards de dollars au cours des trois prochaines années. L’essentiel de ces dépenses concerne les importations de produits, qui sont largement tirées par la demande des consommateurs et le positionnement des principales plateformes de commerce électronique en Afrique.

Afrikrea , Fondée en 2016, la startup ivoirienne est l’une des rares plateformes qui favorise les exportations de produits. Il a levé 6,2 millions de dollars en financement de série A en même temps qu’ANKA, une plateforme SaaS pour les vendeurs lancée en partenariat avec DHL et Visa en avril dernier.

Moulaye Taboure a lancé Afrikrea avec Kadry Diallo et Luc B. Perussault Diallo en tant que place de marché pour la mode, les vêtements, les accessoires, les arts et l’artisanat basés et inspirés par l’Afrique.

Afrikrea a déclaré l’année dernière qu’elle servait plus de 7 000 vendeurs de 47 pays africains et des acheteurs de 170 pays.

 

Après quelques recherches, les fondateurs ont remarqué que ces vendeurs interagissaient également avec d’autres canaux, tels que le site Web ou les médias sociaux. Pour eux, il était logique de créer une autre plate-forme – ANKA – où les commerçants peuvent surveiller les ventes et les stocks de tous ces canaux via un tableau de bord omnicanal : Afrikrea, les médias sociaux et le site Web.

Des fonctionnalités supplémentaires telles qu’une vitrine en ligne personnalisable, des liens de paiement et l’accès à divers modes de paiement et à la logistique augmentent l’attrait de la plate-forme pour les commerçants africains. Bien que le marché ait augmenté de 250 % d’une année sur l’autre depuis son lancement, l’appel s’est propagé à l’entreprise elle-même, l’incitant à changer de nom.

“L’objectif principal derrière cela est de refléter notre objectif et notre mission plus larges maintenant. Il existe également une offre de produits plus large, car nous ne servirons pas seulement les gens de la mode, mais aussi tous les domaines où tout le monde veut exporter des produits africains”, a déclaré le PDG Taboure. dans une interview avec TechCrunch.

Afrikrea fait désormais partie des fonctionnalités du site ANKA. D’autres incluent des vitrines en ligne personnalisées (comme Shopify) qui se connectent aux plateformes de médias sociaux et aux canaux de marché des vendeurs (comme Stripe, Gumroad ou PayPal) ; utiliser DHL pour accéder aux produits d’expédition ; et recevoir des paiements dans une variété de devises (y compris acheter maintenant, plus tard Modalité de paiement).

 

« Donc, que vous vendiez sur les réseaux sociaux, la place de marché Afrikrea ou votre site Web, tout est dans un seul tableau de bord », a déclaré le PDG. « Vous pouvez gérer toutes vos commandes et un seul portefeuille pour un accès facile aux paiements et aux retraits. »

 

ANKA est libre d’utilisation lorsqu’un vendeur complète un catalogue de produits ou génère un lien de paiement. Cependant, une fois que les vendeurs décident de commencer à utiliser le logiciel pour accepter des paiements ou effectuer des ventes, ils paient 10 € (~ 12 $) par mois pour accéder au service. De plus, les vendeurs sont tenus de prépayer 10 euros (environ 12 $) pour les services d’expédition ou d’hébergement de sites Web de la plateforme.

Taboure a déclaré à TechCrunch qu’environ 40% de ses plus de 13 000 abonnés n’utilisent pas le marché. Pour eux, ANKA est utilisé pour générer des liens de paiement à utiliser dans d’autres canaux ou pour exécuter des commandes provenant d’autres canaux. La société développe une application mobile pour rendre le processus plus fluide, a-t-il déclaré.

Après avoir dévoré la base marchande d’Afrikrea, ANKA a des fournisseurs dans 47 des 54 pays d’Afrique. ANKA a également mentionné que plus de 80 % de sa force de vente sont des femmes et que leurs revenus ont augmenté en moyenne de 50 % depuis qu’ils ont rejoint la communauté ANKA.

La plateforme a également enregistré plus de 700 000 visites de ses acheteurs qui ont gagné plus de 35 millions de dollars sur la plateforme. Les acheteurs venaient de 174 pays, la plupart d’Europe et d’Amérique du Nord, a indiqué ANKA dans un communiqué. Les acheteurs sont majoritairement français et américains ; ils représentent 90% des ventes d’ANKA, selon Tabouré.

La croissance du commerce électronique en Afrique au cours de la dernière décennie a été tirée par des entreprises telles que Jumia, Takealot et Mall4Africa. MallforAfrica a formé un partenariat avec DHL en 2015 et a lancé le DHL Africa eShop avec le géant de la logistique quatre ans plus tard.

Mais la récente bataille de la dévaluation de la monnaie au retrait des investisseurs a contraint la startup à prolonger le shutdown (bien qu’elle affirme revoir sa stratégie), soulevant de nouvelles questions sur la viabilité de certains modèles de commerce électronique en Afrique. Mais Taboure pense que son entreprise est à l’abri de tels événements car elle sert à son tour le marché.

“Jusqu’à présent, la plupart des tentatives de commerce électronique ont été le fait d’Africains essayant d’acheter de l’extérieur. Oui, lorsque vous faites cela, vous avez des devises et des problèmes logistiques complètement différents. Nous sommes le contraire. Nous essayons d’utiliser les devises pour sauver les Africains. Donc, si je l’étais, honnêtement, c’est presque comme si nous évoluions dans deux mondes différents”, a-t-il déclaré.

“Nous sommes probablement l’une des rares startups qui n’essaie pas seulement d’inciter les Africains à dépenser ou à acheter plus. Nous voulons en fait les aider à gagner de l’argent à l’échelle mondiale et à créer de la valeur à l’échelle mondiale. Idéalement, grâce à cela, nous pouvons aider à renforcer notre économie.

Dans une interview de TechCrunch avec le PDG l’année dernière, il a présenté ANKA comme la plus grande startup d’exportation de commerce électronique du continent, affirmant qu’elle expédie plus de 10 tonnes de marchandises par mois depuis l’Afrique. Ces chiffres sont alléchants pour les investisseurs – dans le cas d’ANKA, des géants du commerce électronique comme Joseph Tsai.

Le PDG et milliardaire d’Alibaba a participé à la table ronde avec la Fondation BESTSELLER, dont le président est l’un des principaux actionnaires d’ASOS et de Zalando.

Investisseurs & Partenaires (I&P), une société d’influence française axée sur le capital-risque et l’Afrique, a mené la ronde. Son co-PDG Sébastien Boye a déclaré dans un communiqué qu’I&P a investi dans ANKA car l’entreprise est au cœur de sa stratégie commerciale : des fondateurs talentueux et ambitieux, une croissance significative, une création de valeur et une théorie de l’impact convaincante.

Les autres investisseurs incluent VestedWorld, Enigmo, Groupe Prunay, Rising Tide Africa et SAVIU Ventures, le principal investisseur dans le cycle de semences ANKA. Les entreprises soutenues par LoftyInc Capital et d’autres investisseurs locaux ont levé un total de 8,1 millions de dollars.

“Nous sommes heureux d’avoir des VC dans ce cycle, mais aussi des entrepreneurs qui ont fait ce que nous avons fait. C’est quelque chose dont nous sommes très fiers, et très conscients de la construction de ce cycle, nous nous concentrons sur l’engagement des meilleures personnes pour nous aider à grandir.

La société a déclaré que le cycle de pré-série A l’aiderait à développer son infrastructure mobile SaaS et à poursuivre le développement de produits. ANKA prévoit également d’embaucher des talents dans les domaines de la technologie, de la finance, des ventes et du marketing pour rejoindre son équipe de 30 personnes sur quatre continents.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire