Facebook : son algorithme promeut les contenus polémiques (rapport)

Après un traitement de faveur sur la modération de certains comptes, et les effets désastreux d’Instagram sur les adolescentes, le quotidien économique américain, le Wall Street Journal s’attaque à l’algorithme de recommandation du réseau social.

Facebook, comme tout réseau social, fonctionne grâce à un algorithme de recommandation. C’est ce système qui choisit les contenus qui seront présentés à l’utilisateur sur son fil d’actualité.

En 2018, les équipes de Mark Zuckerberg se sont évertuées à parfaire cet outil, en misant sur « les interactions sociales qui ont du sens », c’est-à-dire, entre amis, familles et proches. Dans l’objectif que l’utilisateur consomme moins de contenu « professionnel », qui peut avoir un impact sur la santé mentale. C’est en tout cas l’image publique que le réseau social a donné à sa refonte d’algorithme.

À lire aussi :
Pour désinformation, Facebook « bloque » le compte d'un président

Dans les faits, les rapports internes obtenus par le Wall Street Journal affirment qu’un groupe de chercheurs au sein de Facebook a mis en lumière que le changement d’algorithme aurait l’effet inverse. L’algorithme, au lieu de promouvoir des contenus entraînant des effets positifs, a tendance à mettre en lumière, parfois à outrance, des contenus jugés toxiques. Une situation qui pousse les utilisateurs dans des cercles vicieux.

À lire aussi :
Quand Facebook vous appelle abusif: comment j'ai récupéré ma réputation

« La désinformation, la toxicité et les contenus violents sont anormalement prévalent dans les contenus repartagés », peut-on lire dans un des mémos relayés par le Wall Street Journal.

« Notre approche a eu des effets collatéraux malsains sur d’importantes parties des contenus, notamment en politique et en actualité. Notre responsabilité est grandissante », poursuit la note.

À lire aussi :
Facebook célèbre 8 entrepreneurs africains

Les études menées en interne ont conduit à des conclusions sans appel: certains partis politiques ou médias ont orienté leur ligne éditoriale vers le sensationnalisme et l’outrage, pour provoquer de « l’engagement », un terme évoquant les partages, les « likes » ou les commentaires liés à une publication.

Avec BFM TV

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire