togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Des centaines de mineurs passent trois jours sous terre en Afrique du sud

Des Centaines De Mineurs Passent Trois Jours Sous Terre En Afrique Du Sud

Des centaines de mineurs qui ont passé trois jours sous terre dans le cadre d’un conflit syndical ont quitté mercredi une mine d’or en Afrique du Sud, a déclaré leur syndicat.

Plus de 100 mineurs retenus contre leur gré par des collègues de la mine près de Johannesburg se sont échappés plus tôt, a déclaré un responsable de la mine.

Plus de 550 mineurs se trouvaient dans la mine depuis leur chute dimanche soir. Un nombre indéterminé d’entre eux ont empêché les autres de partir car ils exigeaient la reconnaissance formelle de leur syndicat non enregistré, a indiqué le responsable de la mine.

L’entreprise qui gère la mine a estimé qu’elle disposait d’estimations approximatives indiquant qu’environ 110 à 120 mineurs étaient probablement des partisans du syndicat non enregistré et avaient empêché leurs collègues de partir, même si cela n’était pas certain.

Le syndicat – l’Association des mineurs et le Syndicat de la construction – a donné une autre version des événements et a dit que les mineurs étaient restés clandestins de leur plein gré en signe de protestation en faveur du syndicat. Le syndicat AMCU a nié que quiconque ait été détenu contre sa volonté, bien que la police et les responsables de la mine aient qualifié cette situation de « prise d’otages ».

Des mineurs portant des bâtons et des perches ont été vus émergeant de la mine Modder East à Springs, à l’est de Johannesburg. Certains d’entre eux disaient que tous les travailleurs du sous-sol sortaient.

Les troubles à Modder East ont commencé tôt lundi après que 562 mineurs et autres travailleurs sont restés sous terre à la fin de leur quart de nuit.

Les responsables de la mine affirment qu’environ 15 personnes ont été blessées dans des échauffourées, dont un homme qui, selon les autorités, a été blessé à la tête. Lorsque les responsables de la mine ont envoyé un ambulancier et un agent de sécurité pour évacuer l’homme de la mine lundi, ils ont également été pris en otage, selon le directeur de la mine.

Le syndicat AMCU affirme qu’il représente la majorité des mineurs de Modder East et souhaite que le syndicat soit reconnu. La mine dispose actuellement d’un accord de monopole syndical permettant à ses mineurs d’être représentés par un autre syndicat, le Syndicat national des mineurs, ou NUM.

La police envoyée sur place a adopté une approche prudente au cours des trois jours et n’a pas lancé d’opération pour entrer dans la clandestinité et affronter les mineurs qui pourraient en détenir d’autres.

Lire aussi : Comment enregistrer une entreprise au Ghana ?

La rivalité entre les syndicats de l’AMCU et du NUM est bien connue dans les milieux miniers sud-africains et est en partie à l’origine de l’un des épisodes miniers les plus horribles du pays, lorsque 34 mineurs en grève ont été abattus par la police dans une mine de platine de la province du Nord-Ouest en 2012.

Six autres mineurs, deux policiers et deux agents de sécurité privés ont été tués alors que la violence est devenue incontrôlable à la mine de Marikana dans les jours qui ont précédé la fusillade massive de la police, désormais connue sous le nom de massacre de Marikana.

Il s’agit du recours à la force le plus meurtrier de la part de la police sud-africaine depuis les soulèvements de Soweto en 1976 contre le régime de l’apartheid.