USA : Qui pour poursuivre le plan de prêt étudiant de Biden ?


Video player

Pour trouver le pouvoir d’annuler des milliards de dollars de prêts étudiants, le président Biden s’est tourné vers deux mots dans une loi de 2003 : « urgence nationale ».

Lire aussi : Biden a des maux de gorge et des courbatures

Le président George W. Bush avait des troupes en Afghanistan et en Irak lorsque le Congrès a adopté la loi de 2003 sur les possibilités d’aide aux étudiants dans l’enseignement supérieur. Le projet de loi, également connu sous le nom de loi HEROES de 2003, donne au secrétaire à l’éducation le pouvoir de modifier les programmes d’aide financière aux étudiants pendant une guerre, une opération militaire ou une « urgence nationale ».

Dix-neuf ans plus tard, l’administration Biden a cité cette loi ce mois-ci en annonçant un plan visant à annuler jusqu’à 10 000 $ de dette de prêt étudiant (et 20 000 $ de dette d’études pour les bénéficiaires de la subvention Pell) pour ceux qui gagnent moins de 125 000 $. L’urgence nationale qu’il a citée était la pandémie de COVID-19 et les retombées économiques qui en découlent.

Il est presque certain que ce raisonnement sera contesté devant les tribunaux. Mais qui peut légalement contester l’ordre n’est pas clair. Dès que Biden a annoncé son ordonnance, divers groupes juridiques conservateurs ont commencé à explorer qui aurait le droit de poursuivre en justice, ce qui nécessiterait de prouver qu’ils seraient lésés par l’ordonnance de Biden. Une possibilité : la Chambre pourrait poursuivre l’ordre l’année prochaine, si les républicains remportent suffisamment de sièges pour prendre le contrôle à l’automne.

Lire aussi : Joe Biden encourage à ce que «toute» la lumière sur la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh soit faite !

« C’est au mieux sur un terrain juridique fragile », déclare Lanae Erickson, vice-présidente principale pour la politique sociale, l’éducation et la politique chez Third Way, un groupe de réflexion de Washington qui recherche des solutions politiques non partisanes. Erickson craint que l’action de Biden n’aille trop loin dans sa dépendance à l’urgence nationale de la pandémie et que les tribunaux détermineront qu’une telle mesure nécessite une action du Congrès. « Le lien avec la pandémie est assez exagéré, je pense. »

L’ordre de Biden a suivi sa promesse pendant la campagne électorale de prendre des mesures pour aider certains des 44 millions d’Américains avec une dette collective de 1,7 billion de dollars en éducation qui pèse sur leur tête. Juste après avoir pris ses fonctions l’année dernière, Biden lui-même a déclaré qu’il n’était pas sûr de pouvoir utiliser seul l’action de l’exécutif pour annuler une grosse tranche de dette étudiante comme 50 000 $ par emprunteur. « Je ne pense pas avoir le pouvoir de le faire en signant avec un stylo », a-t-il déclaré en février 2021.

Lire aussi : Joe Biden : la chute du président américain à vélo suscite la polémique en ligne (vidéo)

→ A LIRE AUSSI : Irak : Les partisans de Moqtada Al-Sadr quittent la « zone verte »

→ A LIRE AUSSI : Diplomatie : Emmanuel Macron se rendra au Maroc fin octobre

→ A LIRE AUSSI : Affaire France-Afrique : Kemi Seba répond sèchement à Emmanuel Macron

  👉 Rejoindre le groupe Télégram d'information d'actualité
👉 Rejoindre le groupe Télégram d'offre d'emploi & Bourses d'études
👉Vendez vos produits et vos services sur Togopapel
👉 3Vision-Group Agence Web:Création & Hébergment de Site internet, Appli Mobile , Community Manager , Seo Referencement
--
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire