Le pouvoir de l'information à votre portée sur doingbuzz.com
USA: Michelle Obama rencontre la petite-fille d’un esclave âgée de 111 ans
02/08/2019 à 10h29 par La redaction

Willie Mae Hardy, âgée de 111 ans, est l’une des femmes les plus âgées du monde et a survécu à plusieurs moments remarquables de l’histoire.

Elle a également vécu sous les régimes de 20 présidents américains. Cependant, il lui a fallu 100 ans avant de voter pour un Noir. Ce n’était donc pas surprenant, la joie qu’elle avait eu lorsqu’elle avait récemment rencontré l’ancienne première dame, Michelle Obama, lors de la signature de son livre «Becoming».

« Michelle Obama a été vraiment étonnée de voir à quel point elle avait l’air en bonne santé, à quel point elle était en bonne santé et comment elle pouvait encore articuler et parler de choses », a déclaré Veronica Edwards, petite-fille et soignante de Hardy, dans une interview.

Hardy, petite-fille d’esclave, a grandi dans une plantation de Junction City, en Géorgie. La plus âgée parmi ses sept frères et sœurs, elle a passé la majorité de ses journées à faire des tâches ménagères comme cueillir du coton, labourer les champs ou s’occuper du bétail de la famille.

En 1939, elle déménage à Atlanta, dans le comté de DeKalb quelques années plus tard pour rejoindre sa fille et ses petits-enfants et vit maintenant à Kirkwood.

Sa rencontre avec Michelle Obama a été organisée avec l’aide de la Mother’s Legacy Foundation, une association à but non lucratif locale, qui travaille avec les résidents plus âgés de Kirkwood, a déclaré Edwards.

La cofondatrice de la Fondation, Carrie Johnson Salone, a travaillé avec Natalyn Mosby Archibong, membre du conseil municipal d’Atlanta, et d’autres membres de la communauté pour obtenir des billets gratuits pour Hardy pour la tournée du livre «Becoming» en mai.

L’aspect phénoménal de la rencontre entre Hardy et Obama est qu’elle «a été en mesure de parler de son passé» avec l’ancienne première dame, selon Salone. Depuis ses débuts dans une plantation à Junction City, en Géorgie, dans le comté de Talbot, jusqu’à la disparition de son cousin après son enlèvement par le Ku Klux Klan, Hardy se souvient de tout.

Dans les années 1930, elle rencontre et épouse son mari Frank Hardy et, neuf ans plus tard, à l’âge de 31 ans, Hardy s’installe à Atlanta pour une «vie meilleure», aux côtés de son mari et de sa fille unique, Cassie.

Elle reste avec son mari jusqu’à sa mort en 1979. Hardy travailla aussi comme ménagère pour les familles d’Atlanta jusqu’aux années 1980. À ce moment-là, elle avait déménagé dans sa maison à Kirkwood avec sa fille, qui est décédée en juillet dernier à l’âge de 93 ans, selon AJC.

Membre de l’église baptiste historique de Butler Street, Hardy a été témoin des rassemblements pour la défense des droits civils tenus à l’église de Martin Luther King Jr. Ces rassemblements finiront par céder la place à un premier président afro-américain des États-Unis.

« J’ai rencontré Mme Hardy pour la première fois en 2017 lors de la réunion annuelle Living Legends Cookout à Kirkwood», a récemment déclaré Archibong, membre du conseil municipal d’Atlanta. «Son parcours, de sa naissance dans une plantation à celle de voir le premier Afro-Américain devenir Président des États-Unis, est une source d’inspiration.»

Cependant, elle n’a presque pas eu l’occasion de rencontrer l’ancienne première dame, Michelle Obama. Dans les jours qui ont précédé la réunion, elle ne se sentait pas mieux, a déclaré Edwards. Le matin de la réunion, cependant, elle a commencé à se sentir mieux et toute alerte quand on lui a rappelé qu’elle rencontrerait Obama.

En mai 2019, elle rencontrait pour la première fois l’ancienne première dame en personne, alors qu’elle avait déjà reçu une note d’anniversaire d’elle et de son mari en 2012. Dans cette note, les deux ont déclaré que la vie de Hardy représentait «une partie importante de l’histoire américaine.

Hardy a actuellement sept petits enfants, 10 arrière-petits-enfants, 30 arrière-arrière-petits-enfants et quatre arrière-arrière-arrière-petits-enfants. À Kirkwood, où elle vit actuellement, la communauté était principalement composée de résidents noirs dans les années 1960, mais aujourd’hui, la plupart de ses voisins de longue date ne sont plus là.

Bien que Hardy soit consciente de ce changement, elle envisage toujours de rester dans le quartier avec sa famille car son domicile a été un lieu de rassemblement important pour les parents, les amis et les voisins au cours des années et elle n’a pas l’intention de changer cela.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 78 891 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Si vous êtes au Togo, on vous recommande ce site pour mieux vendre et acheter

togopapel

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Willie Mae Hardy, âgée de 111 ans, est l’une des femmes les plus âgées du monde et a survécu à plusieurs moments remarquables de l’histoire.

Elle a également vécu sous les régimes de 20 présidents américains. Cependant, il lui a fallu 100 ans avant de voter pour un Noir. Ce n’était donc pas surprenant, la joie qu’elle avait eu lorsqu’elle avait récemment rencontré l’ancienne première dame, Michelle Obama, lors de la signature de son livre «Becoming».

« Michelle Obama a été vraiment étonnée de voir à quel point elle avait l’air en bonne santé, à quel point elle était en bonne santé et comment elle pouvait encore articuler et parler de choses », a déclaré Veronica Edwards, petite-fille et soignante de Hardy, dans une interview.

Hardy, petite-fille d’esclave, a grandi dans une plantation de Junction City, en Géorgie. La plus âgée parmi ses sept frères et sœurs, elle a passé la majorité de ses journées à faire des tâches ménagères comme cueillir du coton, labourer les champs ou s’occuper du bétail de la famille.

En 1939, elle déménage à Atlanta, dans le comté de DeKalb quelques années plus tard pour rejoindre sa fille et ses petits-enfants et vit maintenant à Kirkwood.

Sa rencontre avec Michelle Obama a été organisée avec l’aide de la Mother’s Legacy Foundation, une association à but non lucratif locale, qui travaille avec les résidents plus âgés de Kirkwood, a déclaré Edwards.

La cofondatrice de la Fondation, Carrie Johnson Salone, a travaillé avec Natalyn Mosby Archibong, membre du conseil municipal d’Atlanta, et d’autres membres de la communauté pour obtenir des billets gratuits pour Hardy pour la tournée du livre «Becoming» en mai.

L’aspect phénoménal de la rencontre entre Hardy et Obama est qu’elle «a été en mesure de parler de son passé» avec l’ancienne première dame, selon Salone. Depuis ses débuts dans une plantation à Junction City, en Géorgie, dans le comté de Talbot, jusqu’à la disparition de son cousin après son enlèvement par le Ku Klux Klan, Hardy se souvient de tout.

Dans les années 1930, elle rencontre et épouse son mari Frank Hardy et, neuf ans plus tard, à l’âge de 31 ans, Hardy s’installe à Atlanta pour une «vie meilleure», aux côtés de son mari et de sa fille unique, Cassie.

Elle reste avec son mari jusqu’à sa mort en 1979. Hardy travailla aussi comme ménagère pour les familles d’Atlanta jusqu’aux années 1980. À ce moment-là, elle avait déménagé dans sa maison à Kirkwood avec sa fille, qui est décédée en juillet dernier à l’âge de 93 ans, selon AJC.

Membre de l’église baptiste historique de Butler Street, Hardy a été témoin des rassemblements pour la défense des droits civils tenus à l’église de Martin Luther King Jr. Ces rassemblements finiront par céder la place à un premier président afro-américain des États-Unis.

« J’ai rencontré Mme Hardy pour la première fois en 2017 lors de la réunion annuelle Living Legends Cookout à Kirkwood», a récemment déclaré Archibong, membre du conseil municipal d’Atlanta. «Son parcours, de sa naissance dans une plantation à celle de voir le premier Afro-Américain devenir Président des États-Unis, est une source d’inspiration.»

Cependant, elle n’a presque pas eu l’occasion de rencontrer l’ancienne première dame, Michelle Obama. Dans les jours qui ont précédé la réunion, elle ne se sentait pas mieux, a déclaré Edwards. Le matin de la réunion, cependant, elle a commencé à se sentir mieux et toute alerte quand on lui a rappelé qu’elle rencontrerait Obama.

En mai 2019, elle rencontrait pour la première fois l’ancienne première dame en personne, alors qu’elle avait déjà reçu une note d’anniversaire d’elle et de son mari en 2012. Dans cette note, les deux ont déclaré que la vie de Hardy représentait «une partie importante de l’histoire américaine.

Hardy a actuellement sept petits enfants, 10 arrière-petits-enfants, 30 arrière-arrière-petits-enfants et quatre arrière-arrière-arrière-petits-enfants. À Kirkwood, où elle vit actuellement, la communauté était principalement composée de résidents noirs dans les années 1960, mais aujourd’hui, la plupart de ses voisins de longue date ne sont plus là.

Bien que Hardy soit consciente de ce changement, elle envisage toujours de rester dans le quartier avec sa famille car son domicile a été un lieu de rassemblement important pour les parents, les amis et les voisins au cours des années et elle n’a pas l’intention de changer cela.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 78 891 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire