Un journaliste du Cachemire arrêté en vertu des lois antiterroristes indiennes


Video player

Le rédacteur en chef d’un site d’information indépendant au Cachemire a été arrêté alors que la police enquêtait sur sa violation des lois indiennes sur la sédition et la lutte contre le terrorisme.

Fahad Shah, rédacteur en chef fondateur de The Kashmir Walla, a été arrêté vendredi à Pulwama, une ville de la partie du Cachemire sous administration indienne. Le territoire contesté est également en partie administré par le Pakistan.

Selon un communiqué publié par The Kashmir Walla, Shah a été convoqué par la police dans le cadre d’une enquête sur une série de rapports publiés par le média sur une descente de police dans la région en janvier 2020.

Shah n’a pas été officiellement inculpé. Mais dans un communiqué vendredi, la police locale de Pulwama a accusé Shah de faire partie d’un groupe “d’utilisateurs de Facebook” qui ont mis en ligne “du contenu anti-national, notamment des photographies, des vidéos et des messages avec l’intention criminelle de semer la peur parmi le public”.

La police de la zone du Cachemire – l’organisme qui surveille toute la région du Cachemire – a déclaré dans un message sur Twitter que Shah était soupçonné de “glorifier le terrorisme, de diffuser de fausses nouvelles et d’inciter le grand public”.

CNN Business a contacté la police du Cachemire pour obtenir des commentaires sur le cas de Shah, mais n’a pas reçu de réponse.

Le travail de Shah a été présenté dans plusieurs publications internationales, notamment The Guardian, Time et Foreign Policy. Selon The Kashmir Walla, il a reçu le 25e Human Rights Press Awards 2021 pour la rédaction d’un long métrage explicatif pour sa couverture de la violence communautaire à Delhi en février 2020.

Son cas a suscité l’indignation des organisations de défense des droits des médias en Inde. L’avocat de Shah, Umair Ronga, a expliqué que son client était détenu en vertu de la loi indienne sur la prévention des activités illégales (UAPA), une loi antiterroriste qui, selon les critiques, a été utilisée à mauvais escient comme un outil pour annuler la dissidence ou la critique.

“Les nouvelles peuvent être vraies ou inventées, mais invoquer #UAPA pour publier des nouvelles semble la fin de l’état de droit”, a écrit Ronga dans un tweet samedi, ajoutant que l’arrestation était “choquante”. Il a ajouté qu’il avait déposé une demande de libération sous caution au nom de Shah.

Selon Ronga, Shah sera en garde à vue pendant 10 jours.

Après ces 10 jours, Shah sera traduit devant un tribunal pour décider s’il devra rester sous la garde des forces de l’ordre. Une personne arrêtée en vertu de l’UAPA peut rester en prison jusqu’à six mois, sans qu’aucune accusation officielle ne soit déposée.

S’il est reconnu coupable, Shah risque jusqu’à sept ans de prison.

L’arrestation de Shah intervient également alors que la police réprime d’autres journalistes au Cachemire, pour lequel l’Inde et le Pakistan se disputent depuis que les deux pays ont obtenu leur indépendance en 1947.

Shah n’est pas le premier journaliste du Cachemire Walla à être arrêté cette année. L’employé Sajad Gul a été arrêté en janvier pour association de malfaiteurs et intimidation criminelle, entre autres charges, selon Ronga, qui le représente également.

Gul fait également l’objet d’une enquête pour des violations présumées de la loi sur la sécurité publique du Cachemire, qui permet à l’État de détenir une personne pour « la sécurité de l’État ou le maintien de l’ordre public » pendant une période prolongée.

Ronga a déclaré que Gul avait été arrêté “pour sa couverture” anti-nationale “, démoralisant les agences gouvernementales et amplifiant le terrorisme”. Ronga a ajouté que Gul restait derrière les barreaux à Jammu.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading -  Un journaliste du Cachemire arrêté en vertu des lois antiterroristes indiennes Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire