UEFA : le bal des hypocrites ?

En moins de 48 heures, la Super League a explosé. Les 12 clubs n’ont pas résisté à la pression populaire et à la contre-attaque de l’UEFA et de la FIFA. Les fans sont ravis, l’UEFA passe pour le pot de terre ayant terrassé le pot de fer, sorte de David contre Goliath… Son président, Aleksander Ceferin est devenu le héraut des petits clubs, d’un football méritocratique et d’une association gardant le temple du football. Est-ce vraiment sérieux ?

Une victoire pour la forme

L’annonce de la Super league a été un véritable big bang dans le football mondial. L’idée de créer une ligue sur le modèle américain est un non-sens dans le football européen. Vraiment? En prenant un peu de recul et dieu sait si c’est compliqué quand on parle du sport le populaire du monde, on se dit qu’ils se moquent du monde. En effet, on peut se demander ce qu’est devenue la Ligue des Champions ?

Depuis, les années 2000, chaque nouvelle version avantage les clubs les plus riches et les championnats les plus puissants. Ceux qui ont plus de 40 ans connaissent le parfum de la Coupe d’Europe des clubs champions. Des matchs aller-retour, pas de tête de série et l’équipe championne en titre de sa ligue qualifiée. Il suffit de voir le palmarès jusqu’à l’arrêt Bosman pour voir des équipes talentueuses, sans argent, remporter la Coupe aux grandes oreilles. On parlera évidemment du triplé de l’Ajax ou du Bayern, mais à cette époque ces équipes se sont battis avec des joueurs locaux, formés aux clubs pour la plupart. Avant son triplé, le Bayern Munich avait remporté une Bundesliga! L’Ajax a révolutionné le football. Aujourd’hui, ces équipes seraient pillées par les plus riches avant même de toucher le Graal. La Ligue des champions n’est pas officiellement une ligue fermée, mais elle l’est en essence. Sa dernière mouture est une abomination avec un mini championnat qui garantit aux équipes les plus riches de se qualifier. Même la simulation de football FIFA n’a pas osé proposer un tel format à ses joueurs. Super Ligue ou Ligues des champions, le résultat est le même. Alors pourquoi vomir l’une pour porter l’autre aux nues ?

À lire aussi :
Euro/ L’UEFA pense déjà à un tournoi à 32 équipes

meritocratie

L’arnaque de la méritocratie

Un nouveau mot s’est fait entendre à l’oreille des fans, la méritocratie du football. Presque incongru, il y a quelques semaines, c’est le nouveau concept à la mode que tout le monde semble gober évitant ainsi de le croquer et de laisser échapper son amertume. Comment parler de méritocratie dans un football où l’avenir dépend de votre compte en banque ? Entendre le président du PSG parler de mérite, alors que son club n’existe en Europe que par un dopage financier intense et que sa domination en France est dû à un budget stratosphérique pour la petite ligue 1, c’est lunaire. Nasser Al-Khelaïfi devenu lui aussi un héros parce qu’il aurait refusé la Supêr League alors que tout le monde sait qu’il a refusé simplement parce que Qatar est lié à la FIFA pour la Coupe du Monde 2022 et par les droits TV avec l’UEFA.

À lire aussi :
Le Real Madrid, le Barca et la Juventus publient une déclaration d’avertissement à l’UEFA

C’est donc cela le mérite, dépenser son fric et acheter les plus beaux produits du rayon joueur dans le magasin football? Le mérite de la domination financière qui garantit une place en Ligue des champions qui elle-même garantit des ressources supplémentaires qui permettent d’écraser encore plus les petits et les moyens? Il n’y a pas de méritocratie dans le football, mais les fans doivent y croire. C’est ainsi que la belle histoire de l’Ajax d’Amsterdam, du club amateur en Coupe et de Leicester en PL est utilisée comme la démonstration que le petit à sa chance… Pourtant, ce sont des contre-exemples et encore le club amateur ne gagne jamais, l’Ajax n’a pas gagné et s’est fait piller tout comme Leicester après ton titre.

À lire aussi :
Football : l'UEFA lance une nouvelle compétition

Et s’il avait raison ?

Lorsqu’on regarde l’histoire du football et son évolution, on peut se demander si les 12 membres fondateurs de la Super League ne sont pas des précurseurs. S’ils se font lyncher, ne serait-ce pas parce que le monde du football préfère la posture de l’autruche ? Aujourd’hui, les équipes sont des multinationales avec des consommateurs partout dans le monde. Les fans ou les ultras se sont que les dinosaures d’un monde voué à disparaître. Les audiences se sont écroulées partout dans la planète foot. La nouvelle génération veut un produit plus attrayant qu’elle peut zapper et regarder sur son smartphone. Elles achètent plus un maillot d’un club, mais un produit tendance et mode. Les prix des places et les abonnements télés excluent les populaires. Les jeunes ne suivent plus une équipe, mais une star. Ils veulent du spectacle, car le foot est devenu un divertissement comme un autre, un vulgaire produit de consommation comme les autres. De ce point de vue, Une super League est le format idéal…

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Mots clés:, ,

Laisser votre commentaire