Togo : Les FDR demande au gouvernement de respecter la liberté syndicale


Video player

 

On a tous appris samedi l’irruption des forces de l’ordre lors d’une réunion entre enseignants et tout ce qui s’en est suivi. Si la principale raison serait liée à la naissance du syndicat, une autre version de l’affaire est évoquée. Les forces de l’ordre parlent de covid-19. Que ce soit pour la première raison ou l’autre, les FDR condamnent fermement cette violence et cette violation de la Constitution. Voici le communiqué de ce parti politique de l’opposition togolaise.

 

(Relatif à la dispersion brutale de l’Assemblée Générale constitutive du SET) Les Forces Démocratiques pour la République (FDR) ont appris à travers les médias la dispersion brutale par des éléments des forces de l’ordre et de sécurité de l’Assemblée Générale constitutive du Syndicat des Enseignants du Togo (SET) qui se tenait le samedi 22 mai 2021 à l’Hôtel TOM SAWYER à Kegué dans la Commune du Golfe 2, de l’interpellation des participants qui, aux dernières nouvelles, ont été relâchés et de la confiscation de six (06) motos.

Selon des informations recueillies auprès des organisateurs, les éléments des forces de l’ordre et de sécurité ont justifié leur intervention musclée uniquement par la crise sanitaire qui ne permet pas, selon eux, les rassemblements, alors que l’objectif réel poursuivi est d’empêcher la tenue de l’Assemblée Générale. Les FDR élèvent une vive protestation contre cet acte qui constitue une violation grave et inacceptable de la liberté syndicale consacrée par la Constitution togolaise.

L’alibi mis en avant ne se justifie guère dans la mesure où les organisateurs eux-mêmes ont tout mis en œuvre pour limiter le nombre des participants afin de respecter scrupuleusement les mesures barrières édictées pour endiguer la propagation de la pandémie. D’ailleurs, cette dispersion est surprenante puisque le vendredi 21 mai 2021, la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) a organisé son premier congrès statutaire sans être inquiétée.

Les FDR rappellent au gouvernement que la liberté syndicale est un droit constitutionnel que l’Etat a l’obligation non seulement de respecter mais aussi et surtout de protéger. Elles lui demandent en conséquence très fermement de mettre fin à tous les actes visant à entraver la naissance du SET et exigent que les motos confisquées soient restituées à leurs propriétaires.

 

Fait à Lomé, le 25 mai 2021

Le Président National

Me Paul Dodji Apevon

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Togo : Les FDR demande au gouvernement de respecter la liberté syndicale Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire