En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Tiani : Le Président du Niger évoque la possibilité d’une monnaie commune



Lors d’une interview dimanche soir, le président du Niger, le Général Abdourahamane Tiani, a soulevé la possibilité de créer une monnaie commune avec le Mali et le Burkina Faso, considérant cela comme une « étape de sortie » de la « colonisation ». Il a évoqué la nécessité pour ces trois pays, regroupés au sein de l’Alliance des Etats du Sahel (AES), de récupérer leur souveraineté totale et de ne plus être dépendants de la France, ex-puissance coloniale.

Le président Tiani a souligné que la monnaie commune serait un signe de souveraineté, marquant ainsi un engagement fort des États de l’AES dans un processus de recouvrement de leur souveraineté. Il a déclaré qu’ils disposent d’experts monétaires et qu’ils décideront au moment opportun de la mise en circulation de cette future monnaie.

Franc CFA

La Niger, le Mali et le Burkina Faso, trois anciennes colonies françaises aujourd’hui dirigées par des régimes militaires, regroupés au sein de l’Alliance des Etats du Sahel (AES), « ont des experts (monétaires) et au moment opportun, nous déciderons.

Lire aussi : La visite de Bola Tinubu à Dakar annulée, les détails

Cette initiative pourrait potentiellement remplacer le franc CFA au sein de l’AES, regroupant le Niger, le Mali et le Burkina Faso. Les critiques émises par ces trois pays à l’encontre du franc CFA pourraient également les conduire à quitter l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), dont le franc CFA est actuellement la monnaie commune.

La déclaration du président Tiani intervient dans un contexte de retrait du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qu’ils accusent d’être instrumentalisée par la France. La Cedeao avait imposé des sanctions économiques au Mali et au Niger suite aux coups d’État militaires dans ces pays. La menace d’intervention militaire au Niger avait également été évoquée par la Cedeao en août dernier.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !