Tentative de coup d’Etat au Soudan : les États-Unis réagissent

Les États-Unis ont condamné mardi la tentative de coup d’État au Soudan se joignant ainsi à toutes les institutions qui ont réagi au lendemain de cet événement. Le gouvernement de Joe Biden a mis en garde contre toute « ingérence extérieure ».

Les autorités soudanaises ont fait état d’une tentative de coup d’État mardi par un groupe de soldats, mais ont déclaré que la tentative avait échoué et que le conseil de direction et l’armée du pays restaient sous contrôle.

Ce développement a mis en évidence la fragilité du chemin du Soudan vers la démocratie, plus de deux ans après le renversement par l’armée de l’autocrate Omar al-Bashir, au milieu d’un soulèvement populaire contre son règne de trois décennies. Ceci n’a pas manqué de vers réagir l’administration de Joe Biden qui est monté en créneau pour dénoncer cette tentative de putsch.

À lire aussi :
Coup d’Etat au Soudan ?

« Les actions antidémocratiques telles que celles du 21 septembre à Khartoum sapent l’appel du peuple soudanais à la liberté et à la justice et mettent en péril le soutien international au Soudan, y compris les relations bilatérales avec les États-Unis », a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État.

« Nous condamnons toute ingérence extérieure qui cherche à semer la désinformation et à saper la volonté du peuple soudanais », a-t-il ajouté dans un communiqué, sans donner plus de détails.

À lire aussi :
En instance de »divorce », Paul Okoye retrouve son épouse, et ses enfants aux Etats-Unis-VIDEO

« Tout est sous contrôle » au Soudan

Selon les sources officielles, la tentative de coup d’Etat avait commencé à l’aube et un groupe de soldats avait essayé de s’emparer du quartier général de l’armée et de la station de télévision d’État dans la ville jumelle de Khartoum, Omdurman, pour lire une déclaration aux citoyens.

« Tout est sous contrôle. La révolution est victorieuse », a rassuré sur Facebook Mohammed al-Fiky Suliman, un membre du conseil militaro-civil au pouvoir. Il a également appelé les Soudanais à protéger la transition.

À lire aussi :
Les Etats-Unis et le Zimbabwe se clashent sévèrement

Le brigadier Al-Tahir Abu Haja, consultant en médias pour le chef de l’armée, a déclaré dans une déclaration télévisée qu’au moins 21 officiers présumés et quelques soldats avaient été arrêtés et que les autorités recherchaient d’autres suspects dans cette tentative ratée.

Des images circulent en ligne montrant des troupes et des véhicules blindés déployés sur les principales routes et intersections de la capitale soudanaise, Khartoum. La sécurité a également été renforcée au quartier général de l’armée et dans d’autres bâtiments gouvernementaux de la ville.

 

Avec AA

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire