Musiques

Tenor sur le départ d’Universal Music Africa ?

Publié par La redaction

il y aurait de l’eau dans le gaz entre Tenor et Universal Music Africa. En effet, l’artiste camerounais menacerait de partir de la maison de disques française.

Cela fait un an que Tenor a signé un contrat 360 degrés avec la major Universal Music Africa. Seulement depuis un an, la carrière du jeune prodige camerounais est au beau fixe. En effet, on ne peut pas dire que cette signature ait propulsé le rappeur camerounais au firmament, voire l’inverse. Aussi, selon des sources bien introduites, Tenor aurait signifié à sa maison de disques son souhait de se séparer d’elle. Impatience ou réelle défaillance de la part d’UMA ?

Le 24 novembre 2017 Universal Music Africa annonçait en grande pompe la signature de l’artiste Tenor à Douala, premier artiste Camerounais et d’Afrique centrale à signer chez une Major depuis son pays natal. Cependant depuis un an, une fois le boucan dissipé, rien de vraiment concret n’en est sorti. La carrière de Tenor est au point mort. Et Tenor n’en est pas du tout content (ce qui se comprend aisément). D’ailleurs d’aucuns disent qu’il n’est pas le seul artiste mécontent du côté de la Côte d’Ivoire, Kiff No Beat se plaindrait également de leur nouvelle écurie. C’est sûr, le décès de son PDG Marc Antoine Moreau (mort d’un Paludisme en décembre 2017) et les longs mois de bataille interne de leadership qui s’en est suivie, n’ont pas aidé les nouveaux entrants du label. Mais ne s’agit-il que de cela ? Le contrat 360 degrés serait-il remis en cause ? Ou n’ont-ils pas vu trop grand en signant plusieurs artistes à la fois en Afrique (Toofan, Kiff No Beat, Locko, Tenor, Arafat…) pour une équipe finalement réduite et peu experte sur les spécificités du continent ? Le costume endossé serait peut-être trop grand pour les épaules encore fragiles de la jeune filiale. Il faut dire que le marché africain, et Camerounais en particulier a ses complexités difficiles à décrypter pour les néophytes qui tentent de s’y aventurer. C’est peut-être d’ailleurs ce qui explique le recrutement de Patrick Ebongue annoncé hier comme Country Manager pour éclairer la lanterne de la jeune filiale africaine de la maison de disques d’origine française. Mais quand on sait que les Major n’ont pas l’habitude de développer les artistes en tant que tel, quelle stratégie compte adopter UMA pour atteindre ses objectifs ? Travailler avec des labels locaux comme cela se fait souvent sous d’autres cieux ?

A LIRE AUSSI :   Tina Paku chante "Don't let me go"

On peut se demander si les recettes locales toutes simples ne sont pas finalement les meilleures. Les grandes enseignes viennent certes avec des moyens relativement importants sur le continent, mais sans réelle connaissance de nos marchés complexes et en constante évolution. La musique en tant qu’industrie n’en est mine de rien qu’à ses balbutiements ici chez nous. Ou alors, s’agit-il tout simplement d’artistes impatients de toucher les cimes du succès ? Car il faut dire que les maisons de disques s’organisent souvent autour d’un calendrier au cours duquel elles déploient leurs poulains selon un timing. Mais on peut le comprendre, nos artistes jeunes et fougueux ont les dents longues. Et comme les footballeurs, personne n’aime « banquetter ».

A tel point que le fameux concert de Tenor au PAPOSY serait sa propre initiative, tel un cri du coeur (ou de détresse). D’où le fait qu’Universal n’aurait rien entrepris pour promouvoir le concert en tant que tel. Mais pris à la gorge par la presse camerounaise UMA s’est résigné à « soutenir » l’initiative. Beau tour de force car l’opération fut un succès au regard de l’engouement qu’il a suscité. Preuve en tout cas, que les recettes de l’autre côté ne s’appliquent peut-être pas à nos marchés car pensés pour des logiques étrangères. Et la première erreur serait de vouloir faire du bête copier-coller.

Qu’à cela ne tienne, pour en revenir au cas spécifique du jeune Tenor, il paraîtrait qu’il ne soit plus disposé à continuer l’aventure avec Universal Music. Et que les relations entre son management et la maison de disques seraient désormais tendues. Réussiront-ils à trouver une entente ? Que de questions en suspens. Nous essaierons d’en savoir plus. Affaire à suivre  !

A LIRE AUSSI :   Clip : « Déranger » – Mani Bella ft. Tenor

Céline V. Fotso

www.jewanda-magazine.com

Lâchez commentaire sur Doingbuzz

Commentaires

--

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :#doingbuzz

A propos du rédacteur

La redaction

Premiers sur l'exclusivité et tout ce qui est sujet brûlant Culture · Cinéma . Interviews · Musique · Clips · Paroles · Emploi . People . Téléchargement etc..
Le web étant devenu un facteur incontournable dans la promotion d'un artiste et de ses oeuvres, s'incarne en projecteur sur la musique africaine en particulier et la culture africaine en général. Un projecteur qui extrapole sa lumière sur les actualités sportives et diverses pour plus de complexité. Une équipe homogène et dynamique assure le buzz comme nom l'indique. , l'exclu et le buzz sont ici!* Email: !

Close
>