Squid Game : 5 secrets cachés de la série Netflix

Actuellement, la série qui cartonne c’est « Squid Game » de la plateforme Netflix. Ceci, a même donné lieu à de très nombreux memes sur internet. Dans cet article nous avons souhaité revenir sur les plus gros secrets de la série, ceux que beaucoup ignorent encore. Voici en effet 5 secrets que vous ignoriez probablement sur la série Squid Game

Les murs représentaient les épreuves

La pièce où les 456 joueurs dorment et résident pendant les jeux est remplie de lits superposés en métal, et derrière ces lits se trouvait la réponse à toutes leurs angoisses. La liste de tous les jeux était en effet représentée sur les murs du dortoir. Nous les avons découvert au fur et à mesure que les lits des perdants étaient retirés.

Une théorie fait le buzz sur les réseaux concernant le recrutement des joueurs

Dans le premier épisode de la série, un homme en costume approche Gi-Hun à la gare. L’homme donne au protagoniste principal le choix entre un carton rouge et un carton bleu. Gi-Hun choisit le bleu, et perd ensuite la partie.

À lire aussi :
Lupin (Netflix) : "Une pure tuerie", "Excellent", "Une dinguerie"… Les internautes bluffés par la série avec Omar

Une théorie très populaire sur internet porte actuellement sur le fait que si Gi-Hun avait choisi le carton rouge, ce dernier aurait pu être gardien à la place de joueurs.

Squid Game ; tout montrait que Il-Nam se cachait derrière le jeu

Il-Nam porte une combinaison avec le numéro 001, ce qui indique qu’il est le tout premier à être entré dans le jeu, et à avoir été recruté. Cela se comprend étant donné qu’il est en réalité le maître du jeu, et qu’il a choisi lui-même d’intégrer son propre jeu, se sachant condamné par une tumeur.

Par ailleurs, lorsqu’une bagarre éclate dans le dortoir, à l’instant-même où Il-Nam crie aux gardes d’intervenir, ces derniers s’exécutent après en avoir reçu l’ordre de leur supérieur. Il s’agissait d’un signal de Il-Nam, celui qui indiquait qu’un nombre suffisant de joueurs avait été tué.

Un autre indice ? Le nom « Il-Nam » se traduit par « Premier homme », qui fait référence à « tout premier joueur » (001), soit la personne créatrice du jeu. Pour couronner le tout, l’organisation des Squid Game a parfaitement reconstitué son quartier, dans le jeu de billes où ce dernier a « perdu ».

Squid Game

La poupée effrayante de « Squid Game »

Une métaphore géante avec une morale à la clef

Nous l’avons compris, la série Squid Game nous montre la force de notre attirance pour l’argent : les partenaires de jeu sont devenus des adversaires qui n’ont aucune limite et s’entretuent. Il s’agit bien évidemment d’une métaphore révélant la cruauté du monde des adultes.

À lire aussi :
10 films de Nollywood à regarder maintenant sur Netflix

Mais plus que cela encore, les personnes non-aisées deviennent les divertissements des riches et des puissants. Pourtant, les organisateurs des Squid Game prétendent être justes envers les joueurs.

Mais une scène précisément révèle leur véritable nature. Lors de la traversée du pont de verre, en effet, le responsable du jeu constate qu’un joueur ayant travaillé dans l’industrie du verre est capable de rendre le jeu beaucoup moins intéressant pour les VIP.

Il baisse donc la luminosité de la pièce afin de rétablir les règles initiales, basées sur la chance. Ce détail est crucial puisqu’il souligne le fait que seuls les organisateurs fixent les règles, et qu’un esprit malicieux ne peut sortir du carcan établi.

À lire aussi :
LES CRÉATEURS DE FLOOR IS LAVA RÉVÈLENT LES SECRETS DE LEUR “LAVE” AVEC NETFLIX

Il s’agit d’une preuve formelle du fait que les joueurs sont uniquement des pions, et non des êtres humains qui ont une chance de repartir du bon pied. Ce détail montre que la classe puissante utilise les privilèges qui sont entre leurs mains.

Les tenues des joueurs s’inspirent de l’enfance du créateur de la série

La plupart des jeux auxquels prennent part les personnages sont de vrais jeux de cours d’école en Corée du Sud, ce qui rend les scènes de tueries encore plus terribles. On découvre par exemple le Ddakji, jeu traditionnel où chaque concurrent doit essayer de retourner le ddakji (le carton carré) de l’autre uniquement à l’aide du sien.

Ou encore le Bbopgi, jeu populaire dans les années 1960-70 auprès des écoliers coréens : une figure est dessinée sur un gâteau en sucre fondu. L’objectif est de retirer la figure du centre du gâteau sans la briser.

Mais ces jeux ne sont pas les seules références au passé de la Corée, puisque les costumes de la série le sont également : les survêtements verts que portent les joueurs sont en effet un rappel des tenues de sport obligatoires dans les écoles coréennes dans les années 1970 et 1980.

Avec HITEK.fr

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire