Soudan/ Tentative de coup d’État : les auteurs arrêtés et interrogés

Les autorités soudanaises auraient déjoué une tentative de coup d’État menée par un groupe de soldats dans le pays. Selon Mohamed Al Faki Suleiman, membre du conseil de gouvernement du pays, la situation a été maîtrisée. Les suspects seraient déjà sous les verrous.

De nombreux soldats, y compris des officiers de haut rang du Soudan, auraient été arrêtés en relation avec le coup d’État manqué. Reuters a cité Suleiman qui a déclaré que l’interrogatoire des suspects impliqués dans la tentative de coup d’État, qui a eu lieu lundi, devait commencer et que l’armée publierait bientôt une déclaration.

À lire aussi :
Côte d'Ivoire/Politique: La vidéo d'un supposé "Coup d'État" militaire amuse les internautes (video)

Un responsable militaire aurait déclaré qu’un nombre indéterminé de soldats du corps blindé étaient à l’origine de la tentative et qu’ils avaient essayé de prendre le contrôle de plusieurs institutions gouvernementales. Les suspects auraient tenté de prendre le contrôle de la radio d’État à Omdurman, de l’autre côté du Nil, en face de la capitale, Khartoum.

À lire aussi :
Russie : Plus de 5000 pro-Navalny arrêtés suite à une manifestation

 

Soudan : un coup d’Etat en pleine transition

Le Soudan est actuellement dirigé par un gouvernement de transition composé de représentants civils et militaires qui a été mis en place après l’éviction d’Omar el-Béchir en avril 2019. Le gouvernement de transition est chargé de superviser le retour à un régime civil complet.

L’ancien président a été renversé après des mois de manifestations de masse appelant à sa démission. En 2020, le gouvernement soudanais avait déclaré qu’il remettrait el-Béchir à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour qu’il réponde des accusations de crimes de guerre.

À lire aussi :
Coup d'État en Guinée : voici ce que recommande l'ONU

Le dirigeant destitué, qui a régné sur le pays pendant trois décennies, serait la première personne à être jugée pour génocide par la CPI. Il doit répondre de sept chefs d’accusation liés à des crimes contre l’humanité. Omar el-Béchir aurait commis ces crimes entre 2003 et 2008.

 

Avec France 24

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire