Russie-Chine : l’axe Moscou-Pékin à l’épreuve des sanctions occidentales


Video player

Alors que l’économie russe est criblée des sanctions décrétées par les pays occidentaux, la Chine est devenue l’actrice clé ayant le potentiel d’atténuer les difficultés économiques de son partenaire.

Mais au milieu de l’isolement international croissant de Moscou, il y a de plus en plus de signes que la volonté de Pékin de jeter à son partenaire stratégique une bouée de sauvetage économique pourrait ne pas aller aussi loin.

Tout en appelant toutes les parties impliquées dans la crise ukrainienne à faire preuve de retenue, Pékin a refusé de condamner l’invasion russe. Elle a exprimé son opposition à toutes les sanctions occidentales qu’elles jugent unilatérales illégales.

Cependant, les institutions financières publiques chinoises se sont discrètement éloignées de l’économie assiégée de la Russie. Ces mesures suggèrent un équilibre prudent de la part de Pékin alors qu’elle cherche à renforcer ses liens avec Moscou sans violer ouvertement les sanctions. Tout ceci, pourrait compromettre l’accès de l’empire du milieu (Chine) aux principaux marchés d’exportation occidentaux et au système financier international centré sur le dollar américain. Pour preuve, les opérations de la Banque de Chine à Singapour ont récemment cessé de financer des accords impliquant du pétrole et des entreprises russes.

Par ailleurs, la Banque de Chine et la Banque Industrielle et Commerciale de Chine ont limité le financement des achats de matières premières russes.

En février 2022, Poutine a eu des entretiens avec le président chinois Xi Jinping à Pékin, où les deux dirigeants ont déclaré que l’amitié entre leurs pays n’avait pas de limites et pas de domaines de coopération interdits.

Ces entretiens ont abouti à une série d’accords commerciaux, dont la signature d’un contrat de 30 ans pour que la Russie fournisse du gaz à la Chine via un nouveau gazoduc. La semaine dernière, les autorités douanières chinoises ont annoncé la levée des restrictions à l’importation sur le blé russe, dont les exportations mondiales s’élèvent à sept milliards neuf cent millions de dollars par an, dans le cadre de l’ensemble des accords conclus entre Pékin et Moscou au début du mois.

Pour rappel, le commerce de la Chine avec la Russie est passé à cent quarante-six milliards neuf cent millions de dollars en 2021, selon les données des douanes chinoises. Bien qu’en hausse de 36 % d’une année sur l’autre, ce chiffre ne représente toujours qu’environ un dixième du volume du commerce combiné de la Chine avec les États-Unis et l’UE.

[newsletter_form]
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire