togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Robert Bourgi : «Les Sénégalais ont–ils conscience de la Valeur optimale de Macky Sall ?»

Au cours d’une interview exclusive avec «Le Soleil», Robert Bourgi a fait des recommandations à l’opposition sénégalaise, de bannir les mots durs qui pourraient engendrer la violence.

Né à Dakar, l’avocat et conseiller politique français a abordé de fond en comble l’actualité politique sénégalaise émaillée, depuis quelques jours, par des tensions en perspective des Législatives du 31 juillet 2022. En effet, Robert Bourgi est conscient de l’importance pour la classe politique sénégalaise de s’atteler à œuvrer pour la paix et la concorde nationale. «Je sens que le Sénégal traverse une zone de turbulence. Je l’appréhende. Et elle m’inquiète. Pourquoi se le cacher ? Je m’interroge souvent sur le fait de savoir si les Sénégalais sont réellement conscients de la valeur optimale du Président Macky Sall à l’international. Regardons ce qu’il a obtenu en quelques années sur le plan économique, sur le plan des aides internationales», a–t–il soutenu.
M. Bourgi a fait savoir que les pays industrialisés se rendent compte que les aides financières servent à l’érection des infrastructures, nombreuses et considérables, cela dans tous les secteurs de la vie du pays.
«Oui, l’opposition gronde. Un pays sans opposition est un pays amorphe. L’opposition est nécessaire pour le débat démocratique, mais il faut éviter les anathèmes, les injures, les mots qui génèrent la violence», a recommandé l’avocat dans les colonnes du quotidien national, «Le Soleil».
De son avis, le Sénégal, depuis un siècle, a été un modèle démocratique salué par la communauté internationale. «Le pays ne mérite pas de perdre une seule vie dans le débat politique. Oui aux joutes électorales, oui au palabre, mais non à la violence. Personne n’y gagnerait. Qu’il me soit permis de dire, sans esprit courtisan, que je crois à la sagesse de Macky Sall», a confié Robert Bourgi.
Et d’enchérir à propos de ses convictions vis–à–vis du Chef de l’Etat : «Ce n’est pas certes faire allégeance que de vouloir dialoguer avec lui. Mon langage cash est connu de tous. Les leadeurs de l’opposition sont des gens responsables. Ce sont des lettrés. Qu’ils aillent vers lui».