Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Révélation : Yahya Jammeh aurait ordonné l’exécution de 44 Ghanéens en 2005
24/07/2019 à 22h09 par La redaction

Après avoir nié pendant des années son implication dans le meurtre de plus de 56 migrants ouest-africains en Gambie, des anciens soldats de Yahya Jammeh ont fait des révélations glaçantes sur l’ancien président.

Deux soldats gambiens qui travaillaient pour Yahya Jammeh ont admis mardi avoir participé, sur ordre de l’ex président, à l’exécution de 56 migrants ouest-africains, dont 44 Ghanéens en 2005.

Les familles des victimes ghanéennes ont lancé l’année dernière une campagne avec le soutien de groupes de défense des droits de l’homme pour traduire Yahya Jammeh en justice et obtenir justice.

Ces nouveaux appels à la justice ont été lancés sur la base de nouvelles preuves de Human Rights Watch et de Trail International qui ont établi un lien entre l’ex président et les meurtres.

Révélation : Yahya Jammeh aurait ordonné l'exécution de 44 Ghanéens en 2005

Pendant 13 ans, tous les efforts pour obtenir justice sont devenus difficiles parce que M. Jammeh était au pouvoir, mais les familles des victimes espèrent que les dernières révélations le mèneront devant la justice.

Ce qui a été caché, c’est une confirmation officielle du camp de M. Jammeh sur la façon dont les migrants ont été tués.

Confession

Le lieutenant Malick Jatta et le caporal Omar A. Jallow ont révélé mardi à la Commission vérité, réconciliation et réparations (TRRC) de la Gambie que les migrants ont été exécutés par l’escouade « Junglers » à la frontière gambienne en territoire sénégalais.

« On nous a dit que c’étaient des mercenaires », a déclaré Jatta. Il a avoué avoir tiré sur l’un des migrants et l’avoir tué.

« J’ai entendu des gens crier dans la forêt : « Sauvez-nous Jésus », affirme Jatta.

Jallow a également déclaré à la TRRC que le lieutenant-colonel Solo Bojang, le chef de l’opération, avait dit aux hommes que « l’ordre de Yahya Jammeh est qu’ils soient tous exécutés ».

Les aveux de Jatta et Jallow corroborent les conclusions d’un rapport de mai 2018 de Human Rights Watch et de TRIAL selon lesquelles les migrants ont été assassinés par les « Junglers ». Yahya Jammeh a toujours nié toute implication dans ces meurtres.

« Le témoignage des hommes de main de Jammeh confirme que les migrants ont été assassinés par des escadrons de la mort paramilitaires sous les ordres du président Jammeh », a déclaré Reed Brody, avocat à Human Rights Watch.

« Il est temps de faire toute la lumière sur la responsabilité de Jammeh », a-t-il ajouté.

Yahya Jammeh a dirigé la Gambie pendant 22 ans jusqu’à ce qu’il soit chassé du pouvoir en 2017. Mais son pays est resté dans un état lamentable en raison des nombreuses informations faisant état d’exécutions extrajudiciaires, de tortures et de disparitions forcées sous ce régime.

La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) de la Gambie a entendu des récits de témoins alors qu’elle enquêtait sur les événements de l’ère Jammeh.

Les travaux de la commission offriront principalement une certaine indemnisation aux personnes qui ont subi des actes de torture, des attouchements et d’autres crimes, y compris des assassinats sous le régime de M. Jammeh.

Onze commissaires entendent les témoignages de témoins et espèrent documenter l’ampleur des abus d’ici octobre 2020.

Crédit photo : mailandguardian

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Alpha Condé : « si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue »

22/10/2020

Alpha Condé :...

Dans le cadre du processus électoral en...
Mali : l'ex-président IBK et son épouse sont de retour

22/10/2020

Mali :...

  Renversé du pouvoir, l'ancien président malien...
Guinée : des observateurs de la CEDEAO surpris avec d'importantes sommes d'argent

22/10/2020

Guinée :...

Cette nouvelle pourrait envenimer la situation post-électorale...
Trump aurait un bureau et un compte bancaire en Chine

22/10/2020

Trump aurait...

  Le président américain, Donald Trump dispose...
Côte d'Ivoire : la Sotra enregistre une perte de deux milliards de FCFA

22/10/2020

Côte d’Ivoire...

  La désobéissance civile lancée par l'opposition...
Côte d'Ivoire/ CEI : le gouvernement réserve une place pour le PDCI

22/10/2020

Côte d’Ivoire/...

  Le gouvernement ivoirien a décidé d’examiner...
Mali : l’ex-président Keïta de retour à Bamako deux mois après avoir été renversé

22/10/2020

Mali :...

L’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »),...
Opération Barkhane : 500 Chasseurs en route pour le Mali

22/10/2020

Opération Barkhane...

Le Premier régiment de chasseurs de Thierville...
$ 1,7 milliard d'aide pour le Burkina, le Mali et le Niger

22/10/2020

$ 1,7...

Encore une information sur l'aide, direz-vous ?...
Un nouveau coronavirus du porc susceptible d’infecter les humains

22/10/2020

Un nouveau...

Il se nomme SADS-CoV, le nouveau coronavirus...
Tensions préélectorales en Côte d’Ivoire, manifestations au Nigeria : la chanteuse Rocky Gold choquée, exprime son indignation

22/10/2020

Tensions préélectorales...

Les nouvelles ne sont pas bonnes dans...
Côte d’Ivoire / Revendications de la FESCI : Kandia Camara répond à la première organisation estudiantine et scolaire

22/10/2020

Côte d’Ivoire...

Suite au mot d’ordre de grève de...
Présidentielle / La Guinée bascule dans l’horreur…Alpha Condé livre un message

22/10/2020

Présidentielle /...

C’est un éternel recommencement en Guinée. Chaque...
Adama Bictogo, à propos de Simone Gbagbo, Affi, Mabri et Amon Tanoh: ” Ce sont des tonneaux vides…”

22/10/2020

Adama Bictogo,...

Le Directeur Exécutif du RHDP, parti présidentiel...
Nigeria : les manifestations contre les brutalités policières ont déjà coûté à l’économie 1,8 milliard de dollars

22/10/2020

Nigeria :...

Les manifestations au Nigeria contre les brutalités...
En Côte d’Ivoire, des violences ethniques à Bongouanou, à quinze jours de la présidentielle

21/10/2020

En Côte...

A deux semaines de l’élection suprême, des...
Présidentielle en Côte d’Ivoire : un nouveau mort lors de manifestations

21/10/2020

Présidentielle en...

La tension monte dans le pays à...
Côte d’Ivoire : à dix jours de l’élection, Abidjan retient son souffle

21/10/2020

Côte d’Ivoire...

Les violences ressurgissent un peu partout dans...
Violences policières au Nigeria : à Lagos, les manifestants dispersés par des tirs

21/10/2020

Violences policières...

La situation restait très tendue dans la...
Nigeria: après un «mardi sanglant», les violences se poursuivent à Lagos

21/10/2020

Nigeria: après...

Le Nigeria se réveille sous le choc,...

Après avoir nié pendant des années son implication dans le meurtre de plus de 56 migrants ouest-africains en Gambie, des anciens soldats de Yahya Jammeh ont fait des révélations glaçantes sur l’ancien président.

Deux soldats gambiens qui travaillaient pour Yahya Jammeh ont admis mardi avoir participé, sur ordre de l’ex président, à l’exécution de 56 migrants ouest-africains, dont 44 Ghanéens en 2005.

Les familles des victimes ghanéennes ont lancé l’année dernière une campagne avec le soutien de groupes de défense des droits de l’homme pour traduire Yahya Jammeh en justice et obtenir justice.

Ces nouveaux appels à la justice ont été lancés sur la base de nouvelles preuves de Human Rights Watch et de Trail International qui ont établi un lien entre l’ex président et les meurtres.

Révélation : Yahya Jammeh aurait ordonné l'exécution de 44 Ghanéens en 2005

Pendant 13 ans, tous les efforts pour obtenir justice sont devenus difficiles parce que M. Jammeh était au pouvoir, mais les familles des victimes espèrent que les dernières révélations le mèneront devant la justice.

Ce qui a été caché, c’est une confirmation officielle du camp de M. Jammeh sur la façon dont les migrants ont été tués.

Confession

Le lieutenant Malick Jatta et le caporal Omar A. Jallow ont révélé mardi à la Commission vérité, réconciliation et réparations (TRRC) de la Gambie que les migrants ont été exécutés par l’escouade « Junglers » à la frontière gambienne en territoire sénégalais.

« On nous a dit que c’étaient des mercenaires », a déclaré Jatta. Il a avoué avoir tiré sur l’un des migrants et l’avoir tué.

« J’ai entendu des gens crier dans la forêt : « Sauvez-nous Jésus », affirme Jatta.

Jallow a également déclaré à la TRRC que le lieutenant-colonel Solo Bojang, le chef de l’opération, avait dit aux hommes que « l’ordre de Yahya Jammeh est qu’ils soient tous exécutés ».

Les aveux de Jatta et Jallow corroborent les conclusions d’un rapport de mai 2018 de Human Rights Watch et de TRIAL selon lesquelles les migrants ont été assassinés par les « Junglers ». Yahya Jammeh a toujours nié toute implication dans ces meurtres.

« Le témoignage des hommes de main de Jammeh confirme que les migrants ont été assassinés par des escadrons de la mort paramilitaires sous les ordres du président Jammeh », a déclaré Reed Brody, avocat à Human Rights Watch.

« Il est temps de faire toute la lumière sur la responsabilité de Jammeh », a-t-il ajouté.

Yahya Jammeh a dirigé la Gambie pendant 22 ans jusqu’à ce qu’il soit chassé du pouvoir en 2017. Mais son pays est resté dans un état lamentable en raison des nombreuses informations faisant état d’exécutions extrajudiciaires, de tortures et de disparitions forcées sous ce régime.

La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) de la Gambie a entendu des récits de témoins alors qu’elle enquêtait sur les événements de l’ère Jammeh.

Les travaux de la commission offriront principalement une certaine indemnisation aux personnes qui ont subi des actes de torture, des attouchements et d’autres crimes, y compris des assassinats sous le régime de M. Jammeh.

Onze commissaires entendent les témoignages de témoins et espèrent documenter l’ampleur des abus d’ici octobre 2020.

Crédit photo : mailandguardian

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire