togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Rema répond aux accusations sataniques : « Je suis profondément déçu »

Achraf Hakimi : Rema S’associe Avec Le Joueur Pour Des Conseils Précieux

La sensation nigériane Rema s’est retrouvée dans l’œil du cyclone après que son récent concert à Londres a suscité des accusations de satanisme. En réponse aux critiques, l’artiste a exprimé sa déception face aux rumeurs qui circulent parmi ses frères africains, clarifiant ses choix artistiques et soulignant son engagement à mettre en valeur la culture africaine sur la scène mondiale.

La réponse de l’artiste révèle les défis auxquels les artistes sont confrontés lorsqu’ils naviguent entre l’expression culturelle et la scène mondiale.

La déception de Rema

LIRE AUSSI : Rema, premier artiste africain à réaliser cet exploit sur Spotify

Répondant aux accusations, il a déclaré : « Je suis profondément déçu par les rumeurs qui circulent à mon sujet parmi mes frères africains. Je comprends que l’acceptation d’un savoir ancestral puisse être difficile pour un peuple qui refuse de se réveiller ».

Pour défendre ses choix de concerts, la star nigériane a expliqué la symbolique de son entrée en scène sur un cheval noir, soulignant qu’il n’y avait rien de mystérieux là-dedans. Il a précisé : « J’ai simplement une affection particulière pour les chevaux », cherchant à dissiper toute notion de pratiques occultes.

Fierté culturelle et impact mondial

LIRE AUSSI : Satanisme : Rema au cœur d’une nouvelle controverse (VIDEO)

Fier de sa contribution à la reconnaissance internationale de la musique africaine, Rema a déclaré : « Malgré les malentendus, je suis fier d’avoir contribué à propulser la musique africaine sur la scène mondiale. » Il a réitéré son engagement à partager la richesse de la culture africaine à travers sa musique et s’est engagé à continuer à le faire avec respect et authenticité.

Cet incident souligne l’importance de comprendre et de respecter les diverses interprétations artistiques, alors que des musiciens comme Rema s’efforcent de combler les fossés culturels et de mettre en valeur la richesse de l’héritage africain sur une plateforme mondiale.