Divers

RDC : Pour 100 FCFA, un militaire tue une élève

Sans titre 1

Un militaire des FARDC a tué une élève de 16 ans de l’Institut Loashi le vendredi 30 juillet dernier pour n’avoir pas payé une somme de 500 FC soit un peu plus de 100 FCFA (0.25 USD). Les faits s’étaient déroulés à la barrière de Loashi, village situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu du territoire de Masisi (Nord-Kivu).

La petite Utukufu Lukambo, selon les témoins, revenait de l’école quand elle a été abattue par un élément des FARDC commis à la barrière érigée illégalement à quelques 20 mètres de son école. Le militaire des FARDC, affirment aurait exigé à la fille de payer 138 FCFA (0.25 USD) à l’aller comme au retour. C’est sur son chemin de retour que la fille n’aurait pas payé et l’incriminé a ouvert le feu sur la mineure qui a succombé sur le champ.

À lire aussi :   RDC : les 100 premiers jours du Gouvernement Lukonde laissent un sentiment d’insatisfaction

Face à cette situation, le député Alexis Bahunga, élu de Masisi exige le démantèlement de toutes ces barrières illégales, avant d’appeler l’auditorat militaire à se saisir du dossier pour organiser, dans un bref délai, une audience publique pour juger l’auteur présumé de ce meurtre.

« A cause d’une barrière payante érigée par certains éléments des FARDC à Loashi/Masisi, une fille répondant au nom de Utukufu Lukambo de la 8ème année a été abattue par un élément des FARDC. C’est lorsque la fille revenait de l’école, arrivée à cette barrière-là qui est érigée à 20 mètres de l’Institut, que cet élément des FARDC a exigé à la fille de payer comme d’habitude les 500 Fc à l’aller comme au retour. Et au retour la fille n’avait pas cet argent, et c’est comme ça que le militaire a jugé bon de mettre fin à la vie de cette demoiselle qui rentrait de l’école », a fait savoir le député provincial Alexis Bahunga.

À lire aussi :   RDC : Mgr Laurent Monsengwo Pasinya a quitté le monde des vivants

Dans la mi-journée du même vendredi, les élèves en colère sont descendus à Masisi Centre avec le corps de la victime pour le déposer au bureau de l’administration du territoire, la police s’est interposée pour les empêcher. Une situation ayant fait encore des blessés (4 élèves), selon la société civile de Masisi.

--
Publicité 3vision-group
groupe emploi whatsapp doingbuzz> Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire