RDC : la mission du nouveau gouvernement

« L’amélioration des conditions de vie des Congolais et l’instauration d’un climat de paix sur toute l’étendue du territoire national », telle est la mission du nouveau gouvernement dont la composition a été publiée ce lundi 12 avril.

La République Démocratique du Congo a un nouveau gouvernement. Cette nouvelle équipe a pour mission d’améliorer les conditions de vie des Congolais et l’instauration d’un climat de paix sur toute l’étendue du territoire national. Cette mission intègre les secteurs : De la sécurité, la justice, de l’Agriculture, de la Pèche & Elevage, de l’Economie, du Processus électoral, de l’Infrastructure et du Numérique.

Un gouvernement inclusif ?

Cette nouvelle équipe compte 56 membres dont 15 femmes. Dans ce gouvernement, on note la nomination des anciens membres du parti politique de l’ancien Président Joseph Kabila, des proches des opposants Moise Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.

D’après le Premier ministre, Sama Lukonde, « nous avons tenu compte de la représentativité du genre, de la jeunesse des provinces et des prenantes. Avec 56 membres, le nouveau gouvernement compte 27% de représentativité féminine, 47 ans de moyenne d’âge et l’intégration des nouveaux membres », s’est-il réjouit.

Un gouvernement acquis à Tshisekedi

La publication de ce gouvernement intervient plus de deux mois après la démission de l’ancien Premier ministre, Ilunga Ilunkamba. Pour la présidence de la République, ce nouveau gouvernement a aussi pour mission « d’appliquer la vision du chef de l’Etat ». En clair, la nomination de cette nouvelle équipe, constituée en majorité par des proches de Félix Tshisekedi, est une victoire dans sa lutte pour la rupture des liens avec l’ancien  régime de Joseph Kabila.

« Un nombre pléthorique »

Contrairement à l’ancien gouvernement de Sylvertre Ilunga Ilunkamaba qui avait 65 ministres dont 13 femmes, celui-ci a 56 membres et 15 femmes, mais ne rassure pas une certaine opinion. Quelques jours avant sa publication, les proches du chef de l’Etat parlaient de la réduction du nombre des ministres suite à la conjoncture socio-économique. Pour Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine de la défense des droits de l’Homme (ASADHO), une structure de la société civile, « Le nombre pléthorique des ministres », ne « rassure pas ». Ajoutant : « on attend d’eux et on les jugera sur base de leurs actes », a-t-il indiqué.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire