En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

La qualité des clés USB serait de plus en plus médiocre



Il fut un temps où les clés USB étaient des périphériques de transfert de fichiers ou de stockage par excellence. Et même si leur utilité semble toujours d’actualité, ces dispositifs ont perdu de leur superbe. Les clés USB ont en effet été reléguées au rang de simples options par les protocoles de transfert sans-fil et les solutions de stockage en ligne. Cette situation favorise alors l’invasion des clés USB de très mauvaise qualité.

Un problème global avec les récentes clés USB

Tout comme les cartes mémoires, il est aujourd’hui compliqué de dénicher des clés USB de bonne qualité. Cela est dû notamment à l’omniprésence de plusieurs marques inconnues et qui vendent des dispositifs défectueux ou peu durables contre des coûts réduits.

De plus, les acheteurs sont souvent confrontés à des problèmes de contrefaçon de produits des marques de renom comme SanDisk ou encore Samsung. La tendance est répandue actuellement sur les marchés africains, mais il semble que le constat soit le même jusque sur les marchés occidentaux.

Des composantes bonnes à jeter

CBL Data Recovery une entreprise allemande spécialisée dans la récupération de données a établi récemment un rapport qui dévoile le fond du problème. En effet, la structure déclare avoir analysé un grand nombre de clés USB hors d’usage et le constat est plutôt alarmant. De nombreuses clés USB seraient ainsi de mauvaise qualité en raison des puces intégrées.

Lire aussi : Que se passe-t-il lorsque vous retirez une clé USB sans l’éjecter ?

L’entreprise affirme notamment que ces composantes sont des rebus d’autres fabricants de confiance comme Samsung ou encore Kingston. Les puces mal conçues et prêtes à être recyclées ou jetées sont donc récupérées par des fabricants anonymes qui l’intègrent ensuite à des produits de très mauvaise qualité.

En fin de compte, c’est le consommateur final qui en souffre, car ces clés USB arrivent en fin de vie en quelques semaines ou leur capacité de stockage affichée est factice. Plus désobligeant, il est impossible d’y copier les fichiers sans endommager leur contenu.

Par ailleurs, certains fabricants peu scrupuleux n’utilisent carrément pas de puce. Ils se contentent de fixer des cartes mémoires sur la petite plaquette qui sert de carte mère pour les clés USB. Avec le revêtement en plus, il devient difficile de s’en rendre compte et en toute logique, les performances attendues ne seront pas au rendez-vous.

Lire aussi : Voici comment rétablir la capacité d’une clé USB

Quelles solutions pour les utilisateurs ?

En résumé, les pièges sont nombreux aujourd’hui pour les acheteurs de clés USB et le rapport de CBL Data Recovery vient le rappeler. Si vous désirez vous procurer ce type de produit, il convient donc de faire preuve de vigilance, d’effectuer des tests approfondis et d’exiger une garantie confortable.

Enfin, les clés USB les plus moins chères sont souvent celles qui vous lâcheront après quelques transferts de fichiers. Pour éviter cette déconvenue, orientez-vous vers des produits vendus à des prix raisonnables.

Source : The Register

Lire aussi : Voici une méthode simple pour réparer une clé USB

doingbuzz DIRECT

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !