Procès de Thomas Sankara : Sankara « n’a jamais voulu qu’on prenne une arme contre Blaise Compaoré »


Video player

Lors de l’audience du mercredi 22 décembre 2021, dans le cadre du procès de Thomas Sankara et de ses complices dans l’assassinat, six témoins sont entrés dans les sièges.

Revenons aux faits saillants d’aujourd’hui.

Mercredi, l’ambassadeur du Burkina Faso pendant la Révolution burkinabè, Bassirou Sanogo, a pris la barre. Pour cet ami proche de Thomas Sankara, « le 15 octobre était un aboutissement ».

L’intrigue « a été savamment orchestré, planifié et exécuté, tant à l’interne qu’à l’externe ». Et ce, depuis longtemps.

« J’avais l’information selon laquelle une puissance étrangère voulait que le second de la révolution remplace le premier. Et ça, c’était il y avait déjà un an », a déclaré le témoin. « Je ne crois pas aux versions qui ont été servies pour justifier le coup d’État. Je ne crois pas au complot de 20 h, au coup d’État que Sankara voulait organiser pour éliminer Blaise Compaoré », poursuit Bassirou Sanogo.

Pour le témoin, Thomas Sankara ne voulait pas s’accrocher au pouvoir, mais le méprisait. Cependant, le capitaine a plus d’un problème. « Pas mal de camarades avaient commencé à s’embourgeoiser. Il y en a qui avaient commencé à bouffer parce qu’ils estiment qu’ils ont trop travaillé »

« trop dur, trop violent avec elle pendant que Blaise Compaoré se faisait accommodant »

Beaucoup de camarades ont commencé à s’embourgeoiser. Certains se mettent à manger parce qu’ils pensent qu’ils travaillent trop, a déclaré l’ancien ambassadeur, ce qui montre qu’ils ne s’intéressent pas à Thomas Sankara, qui continue de diriger la révolution.

Pour ne rien arranger, le capitaine s’est aliéné les chefs traditionnels, qui les jugeaient « trop durs et violents envers Blaise Compaoré quand elle était tolérante ». Même le témoin a témoigné avoir posé cette question au président Sankara : « J’ai eu le courage de dire à Thomas Sankara devant témoin qu’on pouvait changer notre approche avec la chefferie », a-t-il suggéré.

Bref, Bassirou Sanogo, qui a été arrêté par la police militaire de Jean-Pierre Palm pendant six mois et demi après l’incident du 15 octobre 1987, estime que la mort de Thomas Sankara a été « véritable gâchis », qui a fait « reculer le Burkina de plus de 30 ans ».

L’impression d’Aboulassé Kagambèga est que Thomas Sankara « voulait se faire tuer ».
Le deuxième témoin invité est l’adjudant-chef à la retraite Aboulassé Kagambèga. Au moment du drame, il était sergent et membre de l’équipe de sécurité du président Thomas Sankara.

Pour ce témoin oculaire, la tension entre les deux personnes qui étaient les premiers responsables de la révolution a atteint un tel point que Thomas Sankara a décidé de ne pas tenir de réunions en tant que siège de la Révolution du Conseil des Alliés. , Car ce poste est entre les mains de Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré.

Selon des témoins oculaires, Gilbert Diendéré a bien évidemment choisi le camp de Blaise Compaoré, notamment parce qu’il ne manque pas de raisons. Par exemple, Aboulassé Kagambèga a rappelé que le président Sankara a dû « remarques désobligeantes sur la femme du général Diendéré ».

Des témoins ont déclaré plus tard qu’il ne comprenait pas pourquoi le président Faso avait choisi d’assister à la Conférence des Alliés ce jeudi-là, de sorte qu’il a finalement eu l’impression que le capitaine « voulait se faire tuer ». Un autre facteur qu’Aboulassé Kagambèga est incompréhensible est que bien que Thomas Sankara sache que les choses vont contre lui, « jamais voulu qu’on prenne une arme contre Blaise Compaoré »

Après avoir entendu les coups de feu le jeudi 15 octobre 1987, les témoins du palais présidentiel de l’époque ont voulu organiser une riposte avec ses éléments, mais se sont heurtés au manque de munitions et à la destruction du PKMS à leur disposition – une de ses pièces avait été enlevée –.

Or, cette arme est à la charge de Bossobè Traoré, qui serait un initié parmi les gardes personnels de Thomas Sankara. Le prévenu a été convoqué aux gradins pour confrontation. Le prévenu prétendra n’avoir jamais utilisé d’armes lourdes telles que le PKMS pour ouvrir le feu.

Cependant, interrogé par le tribunal, il a finalement admis qu’il savait démonter l’arme.

Cependant, le témoin a admis pour sa défense que d’autres membres de la Garde présidentielle avaient également été exposés à l’arme. Dans sa déposition, le témoin Aboulassé Kagambèga a également accusé le général Gilbert Diendéré de ne pas avoir répondu à la demande d’approvisionnement en munitions formulée par les gardes de Thomas Sankara trois mois avant le drame.

Gilbert Diendéré a été convoqué à la barre et n’était pas d’accord avec la déclaration du témoin : « Je n’ai jamais reçu une lettre de demande de munitions pour le compte de la présidence en son temps, avant les évènements. D’ailleurs, pour leur ravitaillement ce n’est pas une lettre qu’on adresse. C’est une commande qu’on fait et des bons sont donnés pour la dotation des éléments de sécurité », a-t-il déclaré.

« Je ne badinais pas avec la sécurité du Président Sankara. Il n’y a jamais eu un retard ou un refus pour livrer un bon de commande en munitions », a ajouté le chef de la sécurité du Conseil de l’entente, où le président Faso et ses camarades ont été tués en toute impunité et de manière inquiétante. .

Au terme de sa déposition, Aboulassé Kagambèga a regretté que de nombreuses personnes aient systématiquement nié tout ce qui leur était reproché dans ce procès. « On peut certes oublier certaines choses avec le temps passé, mais pas nier les actes que l’on a posés », a-t-il conclu.

Témoignage larmoyant du maire de Mangodala

Lors de son témoignage, un autre membre de l’ancienne garde rapprochée de Thomas Sankara a versé des larmes. Je suis Famoro Ouattara, l’actuel Maire de la Commune de Mangodara. « Je ne savais pas que j’allais témoigner. Je devais partir avec le Président Thomas Sankara », a-t-il déclaré en prenant la barre, estimant que sa mission de protéger le président Faso avait échoué.

Pour ce témoin oculaire, l’ambiance au sein du Comité révolutionnaire était très mauvaise : « chaque jour, quand on sortait avec le Président, on ne savait pas si on allait rentrer sain et sauf ».

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Procès de Thomas Sankara : Sankara « n’a jamais voulu qu’on prenne une arme contre Blaise Compaoré » Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire