Procès de Thomas Sankara : « C’est la première fois que je voyais Blaise Compaoré pleurer »


Video player

Le témoignage s’est poursuivi mercredi à la salle des banquets de Ouaga 2000, qui était le tribunal de première instance pour l’assassinat du président Thomas Sankara. Des témoins ont confirmé la théorie du complot savamment planifiée pour mettre fin au père de la révolution burkinabé.

Les auditions sur l’assassinat de Thomas Sankara se sont poursuivies mercredi 15 décembre. Plusieurs témoins ont témoigné. Le premier sur la liste est Eugène Somda, dont le témoignage a été suspendu lundi dernier pour cause de décès.

À la reprise du tribunal, l’adjudant-chef à la retraite a affronté l’accusé qu’il a cité dans son témoignage. Il s’agit de Nabonswendé Ouédraogo et de Gilbert Diendéré. Le premier a déclaré que le témoin avait dû le confondre avec un autre militaire du nom de Nabonswendé Ouédraogo (également membre de la garde de Blaise Compaoré).

« Je n’ai pas de problème avec Somda K. Eugène, je le respecte, mais je pense qu’il me confond avec Nasonswendé Ouédraogo. Parce que quand les tirs ont commencé, je n’étais plus à mon poste, alors comment pourrais-je arrêter quelqu’un si je ne suis pas là ? », interroge le prévenu Nabonswendé Ouédraogo.

Mais au contraire, Eugène Somda a dit sans ambages :

« Je connais très bien Nabonswendé Ouédraogo. Lui et moi, nous sommes intimes. Je ne peux pas oublier ce visage qui m’a plus ou moins scandalisé, ce jour-là. C’est un soldat calme, très sage. C’est d’ailleurs ce qui m’a étonné quand il m’a arrêté et désarmé », a déclaré le témoin.

De plus, le juge de première instance n’a pas hésité à souligner l’incohérence des propos du défendeur : « C’est vrai qu’on pourrait confondre les noms qui se ressemblent, mais on ne peut pas vous confondre physiquement. En tout cas pas Somda K. Eugène, qui est votre chef et qui vous connaît tous », a-t-il déclaré.

Gilbert Diendéré a confirmé avoir rencontré Eugène Somda peu après la tragédie de la Conférence des Alliés. « Oui, nous nous sommes vus. Il m’a dit qu’il avait été désarmé. J’ai donné des instructions à Maïga Hamidou pour que son arme lui soit rendue. Face à la question de savoir qui avait désarmé Eugène Somda, Gilbert Diendéré répond : « Là je ne saurais répondre. Il ne me l’a pas dit et je n’ai pas cherché à le savoir non plus ».

Un déménagement bien planifié

A l’issue de l’audition d’Eugène Somda, le major à la retraite Blaise Sanou a été invité à se lever et à se prononcer. À en juger par le témoignage du capitaine et commandant de l’escadron de chasse à la base aérienne en octobre 1987, le coup d’État du 15 octobre semble avoir été soigneusement planifié et exécuté de manière ordonnée.

Plusieurs facteurs cités par les témoins ont pleinement prouvé ce point. Blaise Sanou a indiqué qu’il commençait une réunion avec le capitaine Henry Zongo et d’autres membres du comité du cartel à 15 heures lorsqu’ils ont entendu des coups de feu.

En bon officier militaire, le témoin a voulu prendre des dispositions, mais il a souligné que tous les chargeurs d’armes stockés dans le magasin avaient été retirés, et que les chargeurs d’armes de sécurité avaient également été retirés. Blaise Sanou a également mentionné que la production de tracts prouvait encore que le coup était bien préparé.

Pour lui, le flyer vient de la même source. Ils s’en sont pris aux deux premiers responsables de la révolution, mais ils ont été particulièrement virulents lorsqu’il s’agissait de Thomas Sankara.

Troisième élément qui prouve la théorie du complot : les propos de Lucien Watamou, membre de l’Union des communistes burkinabè (UCB) et membre du Conseil national de la Révolution, qui a confié à un proche de Thomas Sankara que le capitaine n’était pas homme à arrêter et emprisonner. Blaise Sanou a déclaré: « En français facile, ça veut dire qu’il faut le tuer ».

Le colonel Sanou a souligné le quatrième élément : la soif de pouvoir de Blaise Compaoré. Comme témoin, Blaise Compaoré n’a jamais caché sa volonté d’être au pouvoir depuis le début de la révolution. C’est cette avidité de pouvoir qui a conduit à l’élimination de deux autres chefs révolutionnaires, le capitaine Henri Zongo et le commandant Jean-Baptiste Lingani.

L’adjudant-chef Denis Bicaba a confirmé la théorie du complot lors de son témoignage. De retour d’une formation à Cuba en juillet 1987, il se rend compte que les différences entre les deux sont d’abord responsables de la révolution.

Lorsque Thomas Sankara a demandé à Denis Bicaba de dire qu’il avait besoin de lui pour aider à consolider la révolution, Blaise Compaoré lui a envoyé Gabriel Tamini (le beau-frère du témoin) pour l’inviter à se joindre à son coup d’État. Denis Bicaba a annoncé à la barre qu’il avait signalé ces propos au capitaine Thomas Sankara.

« Tamini est revenu après me dire qu’on l’a instruit pour venir me signifier qu’avec moi ou sans moi Sankara sera renversé », a poursuivi le témoin. Dennis Bicaba s’est inquiété de cette menace publique, alors il s’est rendu chez le président Sankara.

Sankara lui a révélé qu’il ne serait pas le premier à attaquer Blaise Compaoré, mais s’ils entendaient des coups de feu, ils pourraient procéder à la vengeance.

Outre son beau-frère, Dennis Bicaba a déclaré qu’Arsène Bognessan Yé lui avait également proposé un coup d’État et a promis que s’il coopère, il sera promu au grade de sous-lieutenant. L’ambiance est ancienne et tendue.

« À environ trois semaines avant le drame, lors d’une réunion, Blaise Compaoré a été mis en minorité dans la salle. Les gens qui prenaient la parole lui disaient qu’ils sont découragés de lui, car ils apprenaient qu’il voulait faire un coup d’État. C’est la première fois que je voyais Blaise Compaoré pleurer. Et c’est après cette réunion qu’il est allé préparer le coup pour taper fort », a déclaré Dennis Bicaba.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi des éléments proches de Thomas Sankara n’avaient pas riposté comme leurs dirigeants l’avaient demandé, Denis Bicaba a évoqué le manque de coordination.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Procès de Thomas Sankara : « C’est la première fois que je voyais Blaise Compaoré pleurer » Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire