Poutine déplace des troupes, Biden impose des sanctions et l’Europe se prépare à la guerre


Video player

 

L’Europe s’est rapprochée de la guerre lundi lorsque le président russe Vladimir Poutine a ordonné l’envoi de troupes à Donetsk et Louhansk, deux territoires ukrainiens revendiqués par la Russie depuis des années. Il l’a fait sous couvert de «maintien de la paix», même s’il a clairement indiqué qu’il n’acceptait pas le principe de base de la souveraineté ukrainienne.

L’Ukraine n’est pas seulement un pays voisin, elle fait partie de notre culture”, a déclaré le dirigeant russe dans un discours lundi soir. De nombreux Russes, en particulier ceux qui ont de bons souvenirs de l’Union soviétique, ressentent à peu près la même chose. Pas clair qu’ils sont prêts à risquer un conflit coûteux pour réaliser la vision de Poutine de reconstruire l’empire de l’ère soviétique. Ayant conclu qu’une invasion russe est presque assurée, les États-Unis et les puissances occidentales alliées se sont engagés à défendre l’Ukraine avec des sanctions économiques et livraisons de matériel militaire – mais ont évité d’engager des troupes.

“C’était un discours au peuple russe pour justifier une guerre”, a déclaré lundi un haut responsable de l’administration Biden à propos des remarques de Poutine. L’homme fort russe a justifié l’envoi de troupes à Donetsk et Louhansk en affirmant d’abord que les deux régions, qui bordent la Russie, étaient « indépendantes » de l’Ukraine. Les observateurs internationaux considèrent généralement qu’il s’agit d’une affirmation condamnable.

Le président Biden a passé le week-end à Washington, prévoyant que ce qu’il a affirmé ces derniers jours serait une invasion russe imminente. Il a répondu aux revendications de Poutine sur Donetsk et Lougansk lundi après-midi par un décret visant à « interdire les nouveaux investissements, échanges et financements » par des entités américaines dans les deux régions séparatistes, selon un communiqué de la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki.

Biden s’est entretenu lundi avec le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky “pour réaffirmer l’engagement des États-Unis envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine”, selon une description de l’appel à la Maison Blanche. L’Ukraine, cependant, n’est pas membre de l’OTAN, ce qui signifie que l’alliance dirigée par les États-Unis n’enverrait pas de troupes en vertu de son article 5, qui prévoit une défense militaire collective des États membres.

Diplomate chevronné de son passage au Sénat américain et vice-président de Barack Obama, Biden s’est engagé à redonner aux États-Unis le rôle de leadership international qu’il prétend que son prédécesseur, Donald Trump, a gaspillé.

Poutine semble déterminé à défier le leadership de Biden ; Tard lundi, des colonnes de troupes russes ont été aperçues entrant à Donetsk.

Ces derniers jours, certaines des navettes diplomatiques les plus importantes destinées à éviter une guerre en Ukraine ont été entreprises par le président français Emmanuel Macron, qui a semblé dimanche négocier une rencontre entre Poutine et Biden prévue plus tard dans la semaine. Biden s’est entretenu lundi avec Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz.

On ne sait toujours pas si Poutine a l’intention de lancer une invasion totale de l’Ukraine ou s’il se livre simplement à une démonstration de force pour intimider le pays et ses alliés occidentaux. Il a de nouveau clairement indiqué lundi qu’il considérait l’expansion des alliances occidentales comme l’OTAN dans les anciens pays du bloc soviétique comme une menace. Dans le même temps, répondre à cette menace perçue par une invasion pourrait déclencher des sanctions sévères et l’annulation du pipeline énergétique Nord Stream 2. De telles mesures pourraient paralyser une économie russe qui repose en grande partie sur l’extraction des ressources.

Tard lundi, à la demande de Zelensky, le Conseil de sécurité des Nations Unies devait se réunir au sujet de la situation en Ukraine.

Pour le moment, l’establishment américain de la politique étrangère part du principe qu’une invasion aura lieu. Lundi, Biden a ordonné aux diplomates américains restés en Ukraine de quitter le pays et de se rendre en Pologne voisine.

[newsletter_form]
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire