togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Ousmane Sonko prend position contre le Franc CFA

Ousmane Sonko Prend Position Contre Le Franc Cfa

Lors d’une conférence conjointe avec Jean-Luc Mélenchon à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Ousmane Sonko, leader du parti Pastef, a réaffirmé sa position critique envers le franc CFA. Il a exposé sa vision pour une sortie prudente de ce système monétaire, soulignant la nécessité de réformes pour renforcer l’indépendance économique des pays africains.

Une Position Ferme contre le Franc CFA
Dans son discours, Ousmane Sonko a rappelé les arguments développés dans son ouvrage « Solutions pour un Sénégal nouveau », où il plaide pour une sortie progressive du franc CFA. Il a critiqué les banques centrales africaines qui, selon lui, « ont perdu toute initiative de change » en maintenant un taux de réserve élevé qui limite les émissions monétaires. Cette politique, affirme Sonko, « comprime nos économies et réduit l’activité interne ».

Lire aussi : Succès Masra : Quelle suite après la défaite à la présidentielle du Tchad ?

Propositions pour une Monnaie Souveraine

Sonko propose de redonner à la monnaie ses fonctions essentielles, notamment le financement de l’économie à travers la production, l’exportation et la consommation intérieure. Il souligne l’importance de soutenir les politiques industrielles nationales. Pour cela, il suggère d’intégrer les investisseurs étrangers prêts à combler le déficit d’épargne, mais en utilisant la monnaie locale. Cette nouvelle monnaie devrait être « flexible, arrimée au moins sur deux devises », afin de mieux absorber les chocs économiques externes et de soutenir la compétitivité à l’exportation.

16334Fb 5490514 01 06
Senegalese Prime Minister Ousmane Sonko (L) Speaks Alongside The Founder Of La France Insoumise (Lfi) Party Jean-Luc Melenchon (R) During A Press Conference At A Hotel In Dakar On May 15, 2024. (Photo By Seyllou / Afp)

Une Question de Souveraineté
Pour Sonko, la réforme monétaire est avant tout une question de souveraineté. « Aucun État digne de ce nom ne doit sous-traiter sa monnaie, » a-t-il affirmé. Il est convaincu que des réformes communautaires sont nécessaires et que l’Afrique doit se diriger vers une plus grande autonomie financière pour garantir un développement économique durable.

Vers une Réforme Communautaire

Sonko voit dans ces réformes monétaires un chemin vers la souveraineté économique. Il est optimiste quant aux progrès réalisés dans le cadre communautaire et estime que ces changements sont indispensables pour le futur économique du continent africain.