En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Ousmane Sonko : L’opposant sénégalais en réanimation



Mercredi dernier, l’avocat de l’opposant sénégalais Ousmane Sonko, détenu depuis fin juillet, a révélé que Sonko se trouvait dans un état de santé « très faible » dans un service de réanimation d’un hôpital de Dakar. Sonko avait repris sa grève de la faim il y a huit jours et est tombé dans le coma le 23 octobre. Bien qu’il ait repris connaissance le même jour, son état est toujours alarmant, selon son avocat, Me Ciré Clédor Ly.

Ousmane Sonko, âgé de 49 ans, est un candidat à l’élection présidentielle de février 2024 au Sénégal. Il avait terminé troisième lors de la présidentielle de 2019. Sonko accuse le président Macky Sall de chercher à l’écarter du scrutin à travers des procédures judiciaires. Macky Sall, élu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, a annoncé en juillet qu’il ne se représenterait pas.

Sonko a été condamné le 1ᵉʳ juin à deux ans de prison ferme pour débauche de mineure, une peine qu’il conteste. Il avait également été radié des listes électorales. Cependant, un juge de Ziguinchor, dans le sud du pays, a annulé récemment cette radiation, bien que la Direction générale des élections refuse toujours de lui délivrer les formulaires nécessaires aux parrainages, arguant que la décision du juge « n’est pas définitive ».

Lire aussi :France : Le phosphate tunisien au centre d’une polémique

Outre sa condamnation pour débauche de mineure, Sonko a été écroué fin juillet sous d’autres chefs d’inculpation, dont appel à l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’État.

Sonko avait commencé une grève de la faim, qu’il avait apparemment arrêtée le 2 septembre en réponse aux appels de chefs religieux influents au Sénégal, après avoir été admis en service de réanimation dans un hôpital. Les autorités sénégalaises avaient cependant mis en doute cette grève de la faim. Son état de santé actuel soulève des préoccupations quant à sa capacité à se présenter et à participer pleinement à la campagne présidentielle de 2024, jetant une ombre sur l’intégrité du processus électoral au Sénégal.

 

 

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !