Omicron : les contaminations pourraient baisser aux États-Unis et en Grande-Bretagne

Les scientifiques voient des signaux selon lesquels la vague alarmante d’omicron de COVID-19 a peut-être atteint un pic en Grande-Bretagne et est sur le point de faire de même aux États-Unis, où les cas pourraient commencer à chuter de façon spectaculaire.

L’Université de Washington indique que le nombre de cas signalés quotidiennement aux États-Unis atteindra 1,2 million d’ici le 19 janvier et chutera ensuite fortement « simplement parce que tous ceux qui pourraient être infectés seront infectés ».

Selon les calculs complexes de l’université, le nombre réel de nouvelles infections quotidiennes aux États-Unis – une estimation qui inclut les personnes qui n’ont jamais été testées – a déjà atteint un pic, atteignant 6 millions le 6 janvier.

En Grande-Bretagne, pendant ce temps, les nouveaux cas de COVID-19 sont tombés à environ 140 000 par jour la semaine dernière, après avoir monté en flèche à plus de 200 000 par jour plus tôt ce mois-ci, selon les données du gouvernement.

Les chiffres ont fait naître l’espoir que les deux pays sont sur le point d’assister à ce qui s’est passé en Afrique du Sud, où la vague a atteint des sommets records puis a chuté de manière significative environ un mois plus tard.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire