...

Obsèques de la reine Elizabeth II : le casse-tête logistique d’Emmanuel Macron


Video player

La cérémonie du 19 septembre à Londres devrait attirer des millions de touristes et de personnes du monde entier. Mais c’est le même jour que l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est un incident qui promet d’être la « plus grande opération de maintien de l’ordre » de l’histoire de la police britannique.

Les funérailles de la reine Elizabeth II, décédée en Ecosse jeudi 8 septembre, auront lieu à Londres le lundi 19 septembre. Le palais de Buckingham a déclaré que le cercueil quitterait le palais de Westminster à 10 h 44 pour l’abbaye de Westminster, où les funérailles auront lieu. Après la cérémonie, le cercueil de la reine Elizabeth II voyagera de l’abbaye de Westminster à Wellington Arch, puis à Windsor. Une fois à Windsor, il y aura une autre procession de corbillard vers la chapelle Saint-Georges, a indiqué le palais dans un communiqué.

La cérémonie du 19 septembre devrait attirer des millions de visiteurs, ainsi que des célébrités du monde entier qui assisteront aux funérailles. Parmi les invités attendus figurent le président américain Joe Biden, le président turc Recep Tayyip Erdogan, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et l’Iran Manuel Macron… normal. Le chef de l’Etat français doit actuellement se rendre à New York le 19 septembre pour s’adresser aux Nations unies. Comme l’a découvert The Huffington Post, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré qu’il ne pouvait pas réviser le calendrier de l’organisation, qui tient sa première convention physique depuis la pandémie de Covid-19.

Le président de la République arrivera à New York dans la soirée du dimanche 18 septembre pour s’entretenir avec ses homologues le lendemain, avant de prononcer son premier nouveau discours de mission aux Nations unies le mardi 20 septembre, selon le journal du dimanche. (JDD). Enfin, il compte revenir à Paris pour une traditionnelle réunion ministérielle le mercredi 21 septembre. En tant que tel, ce spectacle chargé était en décalage avec la cérémonie à Londres. Cependant, l’Elysée a informé le JDD qu’Emmanuel Macron était « tout à fait prêt » à perturber son agenda pour un déplacement à l’abbaye de Westminster le lundi 19 septembre. « La logistique suivra », a déclaré l’Elysée. Niveau de menace national « significatif »

La police britannique a extrait de ses archives d’anciens protocoles pour les grandes funérailles de la reine Elizabeth II dans ce qui pourrait être un casse-tête : accueillir les dirigeants des grandes puissances de la planète tout en attirant des millions de touristes à Londres. « Il s’agit sans doute de la plus grande opération de police jamais réalisée au Royaume-Uni », a déclaré l’ancien coordinateur de la lutte contre le terrorisme de la police nationale, Nick Oldworth, à The Independent.

« Tout ce qu’il faut, c’est une voiture, une personne qui veut commettre un acte de haine, et là-bas, vous allez avoir non seulement des événements constitutionnels qui tournent mal, mais aussi des blessures et des morts », a-t-il poursuivi. Il a noté que la cérémonie se déroulerait dans un contexte « d’un niveau de menace mondiale très différent » des funérailles royales précédentes, comme celles de la reine mère en 2002 ou de la princesse Diana il y a cinq ans.

Le Royaume-Uni a subi de multiples attentats au cours de la dernière décennie, notamment une série d’attentats sanglants à Londres, Manchester et d’autres villes ciblées par les djihadistes.

Le niveau de menace national actuel, tel que déterminé par la sécurité du MI5 et compte tenu de la possibilité d’une attaque plus large, est « significatif ».

La police métropolitaine de Londres, connue sous le nom de The Met, a annoncé vendredi 9 septembre qu’elle avait commencé à déployer des plans « souvent répétés » pour des funérailles de 10 jours avant les funérailles du monarque au règne le plus long. Son règne de 70 ans.

--
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire